vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Vapotage : les produits contenant de l’acétate de vitamine E interdits pour un an

Publié le

Le Conseil des ministres a interdit ce mercredi, pour une durée d'un an, la présence de la vitamine E dans les produits et recharges de cigarettes électroniques ou de vapotage et a décidé également de retirer du marché les produits qui seraient déjà mis en vente.

Publié le 12/02/2020 à 15:33 - Mise à jour le 19/05/2020 à 14:34
Lecture < 1 min.

Le Conseil des ministres a interdit ce mercredi, pour une durée d'un an, la présence de la vitamine E dans les produits et recharges de cigarettes électroniques ou de vapotage et a décidé également de retirer du marché les produits qui seraient déjà mis en vente.

Plus de 2 000 cas de pneumopathies ont été recensés aux Etats-Unis en lien avec l’utilisation de produits ou de recharges de cigarettes électroniques ou de vapotage contenant de l’acétate de vitamine E, relève le conseil des ministres dans son compte-rendu. Ces pneumopathies ont été à l’origine d’une quarantaine de décès et incitent à la plus grande prudence et à la nécessité de retirer certains dispositifs du marché.

Etant donné les risques posés par ces produits, le Conseil des ministres a interdit en urgence, pour une durée d’un an, la présence de la vitamine E dans les produits et recharges de cigarettes électroniques ou de vapotage et a décidé également de retirer du marché les produits qui seraient déjà mis en vente.

Le cadre réglementaire proposé au cours de l’année 2020 permettra de sécuriser ce dispositif et d’encadrer son utilisation, notamment la publicité, les lieux de vente et de consommation de ces produits.

Tout vendeur engagera sa responsabilité pénale au titre de la loi du Pays du 26 septembre 2008 et tout professionnel qui émet, en tout connaissance de cause, un produit contenant une substance interdite, encourt également une incrimination au titre du délit de falsification, puni d’une contravention de 4 474 000 Fcfp et d’une peine d’emprisonnement de deux ans, peine portée au double si la falsification est nuisible à l’homme.

infos coronavirus