jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Une centaine de personnes dans la rue pour dire stop à la souffrance animale en Polynésie

Publié le

Publié le 25/05/2018 à 15:25 - Mise à jour le 25/05/2018 à 15:25
Lecture 2 minutes

Des chats et des chiens errants toujours plus nombreux et des actes de barbaries relayés sur les réseaux sociaux :  c’est ce qui pousse certains citoyens à agir. Ce samedi matin, ils se sont mobilisés pour une marche pacifique dans les rues de Papeete. Objectif de la manœuvre : sensibiliser le reste de la population à la cause animale. Evelyne Bijard, présidente LEV, est l’organisatrice de l’événement. Elle s’insurge :

« Ce sont les portées de chiots qui sont balancés en bord de route dans les cartons au lieu de les faire euthanasier, ce qui est gratuit chez certains vétérinaires. Et puis la maltraitance : des gens qui quand ils sont un peu énervés vont taper sur leurs chiens. »

Pour mettre fin à la souffrance animale, les manifestants réclament l’application de sanctions. Les lois existent, mais très peu sont respectées. Les personnes malveillantes à l’égard des chiens et des chats ne sont pas toujours sanctionnées. Beaucoup le regrettent. Une militante lance :

« Il faut que les gens soient responsables. Il faut que les lois qui sont dans le JO soient respectés. L’abandon de l’animal est puni de 3,5 millions de francs… »

Les marcheurs ont convergé de la place Jacques Chirac vers l’assemblée de la Polynésie française, en devant le haut-commissariat et la présidence. Elles ont scandé : « Stérilisation, la solution ! » Pour eux, un des outils principaux pour mettre fin au fléau de la souffrance animale reste la stérilisation.

Teipo Homai, regrette :

« Il y a trop d’animaux. Rien que quand tu sors de chez toi, tu vois la misère animale ! »

Evelyne Bijard renchérit :

« Si vous un couple de chat, un chat et une chatte. Ces chats se reproduisent. Les descendants vont aussi se reproduire. En quatre ans, vous allez atteindre 20 000 chats. » 

La stérilisation est loin d’être automatique au fenua. Par manque paresse, par honte, mais aussi par manque de moyens. De nombreux vétérinaires font des efforts pour baisser les coûts de l’opération. Mais pour certains propriétaires d’animaux, cela reste trop élevé. Sylvia souligne :

« Le problème c’est que ça coûte très cher, et beaucoup de gens n’en ont pas les moyens. Il faudrait faire intervenir vétérinaire sans frontière ou que les pouvoirs publics mettent des choses en place. »  

Lors de la dernière mandature, un texte de loi a été adopté par les représentants de l’APF pour exonérer de TVA les actes de stérilisation. Pendant la campagne électorale, l’Alliance pour le respect et la protection des animaux (Arpap) avait adressé une lettre ouverte aux candidats aux élections territoriales.

Edouard Fritch a indiqué qu’il souhaité poursuivre son engagement pour la protection des espèces et consacrer des moyens pour les campagnes de stérilisation, d’identification ou de soins vétérinaires. Les militants attendent de voir les actes.  
 

Rédaction web avec Tamara Sentis 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Mama Tupuai a fêté ses 100 ans

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Fortes houles : vigilance jaune sur une partie des...

Météo-France Polynésie a placé en vigilance jaune pour fortes houles les zones : Tuamotu Sud, Tuamotu Est, Tuamotu Centre Sud, Tuamotu Ouest et Gambier. Cette forte houle provoquera une élévation importante du niveau de la mer dans les lagons exposés et de forts courants aux abords des passes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV