fbpx
jeudi 27 février 2020
A VOIR

|

Un nouveau fournisseur pour Carrefour : les agriculteurs en colère

Publié le

Publié le 27/09/2017 à 16:09 - Mise à jour le 27/09/2017 à 16:09
Lecture 2 minutes

La foire agricole s’est ouverte ce jeudi matin sur le site de Vaitupa. Cette année, elle rassemble plus de 300 exposants pour 11 jours de vente et de démonstrations autour du thème “les produits de la terre et notre santé”. 

L’inauguration a eu lieu en présence des autorités du Pays et de l’État, mais elle a été entachée par une polémique lancée par certains maraîchers. Ils interpellent les autorités sur la récente décision du groupe Louis Wane de ne plus s’approvisionner auprès d’eux pour les salades et les tomates. 

Mama Utia est inquiète. Cette cultivatrice de tomates vient d’apprendre qu’en 2018, la grande distribution du groupe Wane ne lui passera plus de commandes. Alors qu’il lui en achète 200 000 Fcfp par semaine. “Ils m’ont dit qu’on ne devra plus livrer de tomates, salades en 2018. (…) Je vais être obligée d’aller vendre au marché ou en bord de route.”

Et ils sont une trentaine de maraîchers dans la même situation. Les magasins du groupe s’expliquent : pour eux, l’offre proposée par les producteurs de salades et de tomates ne correspond pas à la demande. Ils ont donc décidé de s’approvisionner auprès d’un nouveau producteur de Taravao qui fournira, grâce au système d’aquaponie, des produits sans pesticides chimiques et à moindre coût. “Aujourd’hui, nous, en magasin, notre objectif c’est de satisfaire nos clients et de rapporter à la fois du choix, de la qualité et des prix. Aujourd’hui il y a beaucoup de plaintes assez régulières de nos clients qui se plaignent de ne pas retrouver ces critères prix, qualité dans nos magasins. On se doit de les satisfaire. De nouveaux intervenants arrivent sur le marché et sont capables de proposer des variétés différentes, à des prix plus intéressants, avec un label également concernant la qualité des produits, c’est aujourd’hui tout à notre avantage”, explique Christophe Vercauteren, directeur de Carrefour Arue en charge de la filière agricole pour le groupe.

Reste que le groupe Louis Wane est l’actionnaire majoritaire du nouveau fournisseur. Les maraîchers s’en prennent au Pays à qui ils reprochent d’avoir cédé ses terrains agricoles au groupe. Une information que dément le ministre des Ressources primaires. “Ce n’est pas le Pays qui a vendu des terrains à Carrefour. Arrêtons de dire n’importe quoi. Le groupe Carrefour s’est lancé avec société spécifique dans la production de produits agricoles. Il est de bon droit pour eux de le faire. Nous, nous souhaitons que l’agriculture polynésienne devienne une agriculture biologique raisonnée.”

Les magasins du groupe Wane représentent près de 40 % du chiffre d’affaires des commerces alimentaires et 65% du chiffre d’affaires de la grande distribution. Il parait difficile pour les producteurs de salades et de tomates de continuer à exister sans eux.

Rédaction web avec Tamara Sentis

Tearii Alpha, ministre des Ressources primaires

Christophe Vercauteren, directeur de Carrefour Arue en charge de la filière agricole pour le groupe.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Création du certificat professionnel polynésien d’accompagnateur d’activités physiques de...

Le certificat professionnel polynésien d’accompagnateur d’activités physiques de pleine nature, C.P.P.A. A.P.P.N est positionné au niveau V, correspondant au brevet d’études professionnelles....

L’ex-entraîneur de boxe de l’As Aorai condamné à 20...

Comme en première instance, l’ex-entraîneur de boxe de l’AS Aorai a été condamné, ce jeudi, par la cour d’assises d’appel, à 20 années de prison avec une période de sûreté des deux tiers. Et il ne pourra plus jamais exercer d’activités en relation avec des mineurs.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X