samedi 15 août 2020
A VOIR

|

Un médecin du CHPF conteste sa suspension de deux ans pour divers manquements

Publié le

Publié le 15/01/2018 à 14:06 - Mise à jour le 15/01/2018 à 14:06
Lecture < 1 min.

Le médecin estime que la sanction prononcée à son encontre n’est pas « suffisamment motivée » par l’administration.

La direction de l’hôpital reproche au praticien d’avoir notamment manqué « au devoir de réserve et d’obéissance » mais pointe aussi du doigt ses « accès de colère » ayant « déstabilisé le fonctionnement du bloc opératoire ».

En août 2016, alors qu’il était d’astreinte, le médecin avait « refusé de se déplacer pour prendre en charge un abcès d’un enfant de 4 ans » avant de ne plus être joignable.

Un rapport le concernant avait été demandé et concluait à « une ambiance de dictature et de pressions morales » au bloc.

Le rapporteur public a considéré qu’au regard « de ses comportements, la sanction ne parait pas disproportionnée ». Il a donc conclu au rejet des demandes du taote. La décision sera rendue dans une quinzaine de jours.

A noter que le médecin avait obtenu en mai dernier la suspension de sa sanction et avait donc, depuis, réintégré le CHPF. Mais cette suspension a été annulée il y a quelques jours par le conseil d’Etat.

Le médecin pourrait donc être contraint de quitter très prochainement son poste à l’hôpital.
 

J-B. C.

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le Vice-président habilité à signer deux emprunts d’un montant...

Le Conseil des ministres a habilité le Vice-président de la Polynésie française, ministre en charge des finances, à signer deux emprunts d’un montant total de 4,176 milliards Fcfp, soit 35 millions d’euros, auprès de l’Agence France Locale (AFL) pour le financement partiel des investissement du Pays au titre de l’année 2020.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV