vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Swac : la Polynésie se positionne pour sa transition énergétique

Publié le

Dans un monde qui se réchauffe et dans lequel la transition énergétique est un défi, la Polynésie a opté pour l’innovation afin de climatiser deux hôtels : le premier à Bora Bora puis un second à Tetiaroa grâce au swac, la climatisation à partir de l’eau froide des profondeurs. Un troisième est en cours de montage cette fois pour le centre hospitalier. Quels sont les avantages de ce système ?

Publié le 19/03/2021 à 14:21 - Mise à jour le 19/03/2021 à 14:28
Lecture 2 minutes

Dans un monde qui se réchauffe et dans lequel la transition énergétique est un défi, la Polynésie a opté pour l’innovation afin de climatiser deux hôtels : le premier à Bora Bora puis un second à Tetiaroa grâce au swac, la climatisation à partir de l’eau froide des profondeurs. Un troisième est en cours de montage cette fois pour le centre hospitalier. Quels sont les avantages de ce système ?

On en compte une quinzaine dans le monde, les systèmes de Swac (Sea Water Air Conditioning), sont une technologie écoresponsable pour rafraîchir différents types d’installations, situées à proximité de l’océan.  

Le principe est simple : l’eau froide des profondeurs est puisée et grâce à un échangeur, elle peut être utilisée comme source de froid dans un circuit d’eau douce secondaire

L’avantage est de produire de l’énergie propre sans gaz réfrigérant, tout en réduisant à terme la facture énergétique. À Tetiaroa, le swac de l’hôtel Brando est mis en service depuis 2012. Il n’ a pas connu de grosse panne ni subi de casse. La durée de vie d’un Swac est estimé en 30 et 50 ans : « Ce qu’il faudra changer au bout de 50 ans pour Tetiaroa, ce sera le tuyau qui descend à 933 mètres de profondeur. On devra changer ce tuyau qui va en profondeur, et éventuellement les échangeurs thermiques qui sont faits de plaques de titane. Tout le reste de l’installation qui sont des tuyaux qui vont juste dans l’intégralité du motu où nous sommes installés, là il y a un entretien courant. Quand il y a une fuite on remplace le tuyau par un autre etc. » explique Thomas Tisseur, le responsable développement durable.

Lire aussi – SWAC : l’eau des profondeurs pour climatiser le CHPF

Les swac installés à partir d’investissements privés à Bora Bora et Tetiaroa ont servi d’exemple. La Polynésie a choisi d’équiper l’hôpital de Taaone.  L’objectif est de remplacer sa production frigorifique sans dépendre des énergies fossiles . La consommation électrique sera réduite d’au moins 50%. Autre avantage : l’utilisation de l’océan garantit un approvisionnement durable.

« On est dans un milieu tropical donc la climatisation tourne toute l’année. généralement, je vais vous parler en therme d’hôtellerie, c’est souvent la plus grosse dépense énergétique d’un hôtel la climatisation, et de loin. Ça coûte des millions de Fcfp chaque mois ou chaque année en tout cas selon la taille de l’hôtel. On parle d’une économie de plusieurs dizaines de millions par an, selon la chaleur, le taux d’activité etc. »

Le choix du Swac répond aux ambitions du gouvernement. La transition énergétique, un chantier de grande ampleur à l’image de l’installation des tuyaux en plein océan. Un swac nécessite des travaux de grosse envergure et une expertise.  L’investissement est lourd : près de 1.8 milliards de Fcfp. Le chantier a été confié à une entreprise française, celle qui avait déjà installé celui de Tetiaroa.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.