samedi 8 août 2020
A VOIR

|

Sécurité nautique : un week-end en mer sous contrôle

Publié le

Des opérations de sensibilisation et de contrôle relatives à la sécurité nautique sont organisées ce week-end du 1er et 2 août dans les lagons et au large de Tahiti, Moorea et d’autres îles de Polynésie française.

Publié le 01/08/2020 à 15:35 - Mise à jour le 01/08/2020 à 16:54
Lecture 3 minutes

Des opérations de sensibilisation et de contrôle relatives à la sécurité nautique sont organisées ce week-end du 1er et 2 août dans les lagons et au large de Tahiti, Moorea et d’autres îles de Polynésie française.

« On arrête les bateaux qui nous paraissent avoir une infraction, soit les personnes sont nombreuses à bord soit ce sont des bateaux qu’on ne voit pas souvent, car comme on est souvent sur l’eau, on commence à les connaître un peu tous. On demande à voir le permis, la carte de circulation du bateau et la matériel de sécurité, pour voir si tout est présent à bord. Il faut un gilet de sauvetage par personne sur un bateau donc quand on voit 10 personnes sur un bateau, on peut se douter qu’il n’y ait pas de gilets de sauvetage pour tout le monde. (…) Pour les bateaux récents, le plus souvent, les vendeurs de bateau mettent le lot de sécurité avec la vente du bateau, donc c’est rare sur eux qu’il y ait un problème de matériel contrairement aux bateaux plus anciens » expliquait aujourd’hui Florent Baubiet, major à la brigade nautique de Papeete.

Des contrôles en mer avaient notamment lieu à Teahupoo, ce samedi matin. Ces opérations associent les différents services de l’État et du Pays impliqués dans l’action de l’État en mer : gendarmerie nationale, marine nationale/gendarmerie maritime, affaires maritimes, direction de la Police aux frontières, Direction Polynésienne des Affaires Maritimes (DPAM), Direction de la Jeunesse et des Sports et FEPSM.

« On a contrôlé un bateau et on s’est aperçu que les fusées étaient périmées donc on lui a dressé un procès-verbal et il nous enverra la preuve d’achat pour régulariser et ne payer d’amende » a précisé Thomas Pidou, gendarme à la brigade nautique de Papeete. Durant ces contrôles, des fascicules sont distribués par la DPAM afin que le personnes en mer soient au courant de tout le matériel à avoir sur le bateau.

« Ces opérations de contrôle ont une vocation de prévention. Pour rappel, en 2019, il y a eu 418 opérations de secours, 33 blessés et 6 personnes sont décédées. Cette année, on en est déjà à 232 opérations et 13 personnes décédées. L’objectif c’est donc la prévention pour éviter les accidents » a déclaré le commissaire Dominique Bourgnon de Layre et conseiller pour l’action de l’état en mer du commandant de la zone maritime Polynésie et Pacifique.

Contrairement aux années précédentes, il ne s’agit plus d’une campagne de sécurité des loisirs nautiques centrée sur la seule période estivale. Ces opérations sont réparties sur l’ensemble de l’année 2020 afin de sensibiliser un maximum d’usagers de la mer à l’importance du respect des règles de sécurité et de prudence lors de la pratique d’activités telles que la plaisance, la plongée, les sports de glisse, etc.

Cette action s’inscrit dans la dynamique de la Commission maritime mixte État – Polynésie française, dont le groupe de travail « Sécurité des loisirs nautiques » analysera le bilan pour mieux comprendre les comportements à risque et les effets des opérations de prévention et de contrôle. Un bilan général de ces week-ends sera ainsi diffusé à la fin de l’année 2020.

Un premier week-end de sensibilisation avait déjà eu lieu les 4 et 5 juillet derniers au cours duquel 113 navires et engins de plaisance avaient été contrôlés et 76 infractions relevées.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV