fbpx
jeudi 21 novembre 2019
A VOIR

|

Saison des pluies – Les riverains de Matatia inquiets

Publié le

Publié le 01/12/2018 à 15:38 - Mise à jour le 01/12/2018 à 15:38
Lecture 2 minutes

La semaine dernière, avec Matari’i i ni’a, nous sommes entrés dans la saison d’abondance, mais aussi dans la saison des pluies. Et d’après les météorologues, elle sera particulièrement pluvieuse cette année. Des prévisions qui inquiètent les habitants des bords de rivière, qui contemplent quotidiennement avec désarroi des dizaines d’arbres déracinés qui gisent sur des kilomètres dans le lit de la Matatia depuis les vents violents en avril dernier.

>>> Voir aussi : Vidéo – Le nouveau pont de Matatia est en service

Et si pour le moment, la Matatia dort encore, comme son nom l’indique, mieux vaut la surveiller de près, car en période de pluie, son flot est torrentiel. Les habitants de la zone ne le savent que trop bien. “Depuis plus de 20 ans, nous savons que la vallée de Matatia est sujette à un débordement de rivière. (…) Plus la pluie s’accumule, plus le lit de la rivière se remplit, et à ce moment-là, le danger est imminent, notamment pour nous qui habitons au fond de cette vallée. On a peur que cette rivière, en débordant, détruise nos maisons” explique le riverain Edwin Viriamu.

Alertés depuis plusieurs mois, les services de l’équipement, en charge du curage des rivières, ne semble pas y prêter attention. “Nous sollicitons la mairie et les services de l’équipement du Pays à effectuer des travaux d’entretien du lit de la rivière, pour que nous puissions vivre sereinement durant la saison des pluies. Cela fait des années que nous attendons une réponse de leur part, en vain” déplore Edwin. Les habitants de la vallée aimeraient que les services de l’équipement les écoutent enfin et qu’ils viennent curer le lit de la rivière et sécuriser les berges.

> Un risque d’inondations destructrices

Les troncs d’arbres dans le lit de la rivière menacent actuellement de boucher les ponts et donc de provoquer des inondations potentiellement destructrices. Plus qu’une menace, c’est une quasi-certitude. “Si on ne retire pas les troncs d’arbres, cela va créer un bouchon plus bas et nous aurons encore des inondations, et le risque, c’est que nos maisons s’en aillent avec. (…) Maintenant, on est habitués, dès qu’on entend les gros roulements de cailloux dans la rivière, on ne dort pas. On se lève pour aller surveiller le niveau de la rivière. Dès qu’on voit que ça va déborder et qu’il y a des risques, on réveille tout le monde dans le quartier. Certaines familles ont tellement peur qu’elles s’en vont avec leurs enfants avant que les pluies n’arrivent” nous dit Vanina Huerta, habitante de la vallée.
 

Rédaction web avec Tamara Sentis

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Bataille d’experts au procès du crash d’Air Moorea

Au procès du crash d’Air Moorea, c’est une bataille d’experts qui s’est tenue aujourd’hui devant la cour d’appel. La défense a fait citer deux témoins, spécialistes en aéronautique, selon lesquels ce n’est pas la rupture du câble de gouverne de l’avion qui a causé l’accident. Des conclusions peu crédibles pour la partie civile qui met en doute l’objectivité de ces témoins.

Un fare compost pour la première fois au fenua

C’est une première en Polynésie : la mairie de Pirae met à disposition un composteur collectif sur le site de Matatevei. Financé par l’Ademe, le fare s’adresse essentiellement aux administrés du coin.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X