jeudi 4 mars 2021
A VOIR

|

Saison cyclonique : comment protéger les animaux ?

Publié le

Publié le 28/09/2015 à 16:36 - Mise à jour le 28/09/2015 à 16:36
Lecture 2 minutes

Protéger les animaux domestiques lors d’un cyclone est plutôt facile, mais pour les animaux sauvages c’est une autre affaire. Daniel est propriétaire d’une vingtaine de chevaux. Il a vécu le cyclone Oli en 2010, il connait bien la psychologie de l’animal face au danger. « Le cheval, sa principale caractéristique : c’est la peur. Ce n’est pas un animal agressif, mais très peureux », explique-t-il. 
Alors, pourquoi ne pas mettre les chevaux en sécurité dans un box ? Tout simplement, car l’endroit confiné ne fera qu’augmenter sa nervosité au risque que l’animal se blesse. « Nous avions eu une première alerte avec le cyclone Oli. Notre stratégie a été de mettre les chevaux dans un grand espace, un près éventuellement sans arbres pour éviter tout risque de chute, d’arbres arrachés (…) Il y a eu quelques arbres qui sont tombés dans la prairie, mais le cheval entend très bien, a une ouïe très fine et donc il prend la fuite avant que l’arbre ne soit tombé », raconte Daniel. 

Tout comme les chevaux, les volailles fuient ou se battent entre elles lors de période de stress. Juanita, éleveuse depuis 1998, elle n’a pas vraiment réfléchi à l’arrivée de la saison cyclonique. Mais pour l’amour de ses animaux, elle est prête à tout. « On ira en montagne s’il le faut. (…) Avec les cages qu’on a, j’ai un camion. On pourra aller en montagne et les déposer là-haut », explique-t-elle. 

Kéo, lui, est éleveur depuis 43 ans. Il se rappelle du cyclone Veena en 1983. Plus qu’une perte financière, ce fut surtout un choc affectif : « C’était le cyclone Veena. Il y a des arbres qui sont tombés, plein de taules qui ont atterri sur les coqs etc. C’est ce que j’ai vécu. Chaque personne qui élève des bêtes, quand elle les perd, ça fait quelque chose », se souvient-il. 

Pensez donc à mettre les cages en hauteur, à utiliser des bâches ou des tôles pour les recouvrir. Quant aux chevaux, un grand espace clôt doit leur être réservé. Reste maintenant à suivre ses conseils. 
 

(Reportage : Sophie Guébel / Maite Mai)

Daniel, propriétaire d’un ranch

Juanita, éleveuse

Keo, éleveur

infos coronavirus