mardi 27 octobre 2020
A VOIR

|

Rougeole : quels risques en Polynésie ? Quelles précautions prendre ?

Publié le

62 personnes ont déjà succombé à la rougeole aux Samoa occidentales. Si les autorités sanitaires n’écartent plus l’introduction du virus en Polynésie, elles se montrent rassurantes. Plus de 95% de la population est vaccinée contrairement aux Samoans. Mais pas de quoi baisser la garde : les Polynésiens sont invités à se renseigner auprès de leur médecin sur leur couverture vaccinale.

Publié le 03/12/2019 à 17:17 - Mise à jour le 04/12/2019 à 16:25
Lecture 3 minutes

62 personnes ont déjà succombé à la rougeole aux Samoa occidentales. Si les autorités sanitaires n’écartent plus l’introduction du virus en Polynésie, elles se montrent rassurantes. Plus de 95% de la population est vaccinée contrairement aux Samoans. Mais pas de quoi baisser la garde : les Polynésiens sont invités à se renseigner auprès de leur médecin sur leur couverture vaccinale.

Que s’est-il passé aux Samoa ?

Les Samoa comptent 1 à 7 décès par jour. « L’épidémie a commencé fin octobre, début novembre et le nombre de cas a monté petit à petit jusqu’à avoir une crise sanitaire très importante depuis trois semaines environ avec en moyenne 200 nouveaux cas par jour, 200 enfants hospitalisés en permanence pour un hôpital qui est quand même de bon niveau mais qui n’a pas beaucoup de places. Les services santé ont été débordés (…) Les formes graves de rougeole qui sont malheureusement des choses habituelles sont devenus des décès » explique Docteur Philippe Biarez, responsable des formations sanitaires de Moorea Maiao et point focal adjoint pour l’OMS de la Polynésie française.

« une couverture vaccinale assez basse « aux samoa

Docteur Philippe Biarez

« Les Samoa avaient cette particularité d’avoir une couverture vaccinale assez basse. Ce qui est important à comprendre c’est que la couverture vaccinale, pour qu’elle protège bien une population, elle doit être supérieure à 95%. (…) Sur une tranche d’âge, par exemple les enfants de 4 ans, il faut qu’on soit sûrs qu’on ai au moins sur 100 enfants de 4 ans 95, 96 ou 97 enfants de vaccinés. En dessous de ça, ça ne fonctionne pas bien. Et c’est ce qui s’est passé. Pour des raisons bien particulières aux Samoa, la couverture vaccinale n’était pas au bon niveau et ça a donné cette crise. » 62 personnes sont décédées à ce jour. En majorité des enfants de moins de 5 ans selon ce médecin qui s’est rendu sur place.

Quel risque en Polynésie ?

« Notre couverture vaccinale est une des meilleures au monde (…) Néanmoins, on voit qu’il y a quand même des personnes pas vaccinées. (…) Il y a quand même des gens qui peuvent attraper la rougeole et il est possible que la rougeole arrive en Polynésie. C’est même probable puisqu’il y a une épidémie en Nouvelle-Zélande, à Auckland et c’est de là d’où vient l’épidémie des Samoa. (…)

>Lire aussi – Samoa : drapeau rouge devant le domicile d’habitants non vaccinés contre la rougeole

« Qu’est-ce qui peut nous arriver ici ? Il peut arriver une épidémie de faible ampleur. C’est-à-dire peut-être 500, 600 ou 1000 personnes pas plus, qui vont être malades, les unes après les autres, pas de manière explosive mais malgré tout la rougeole, de temps en temps, donne des formes graves. »

Rougeole : quels symptômes ?

« La rougeole c’est une maladie infectieuse qui donne de la fièvre d’abord, ensuite qui donne un rhume, le nez qui coule, on tousse. Qui donne aussi les yeux malades comme une sorte de conjonctivite, et qui donne cette irruption sur tout le corps, qui commence à la tête avec des petits boutons rouges qui finissent par donner un aspect tout rouge sur le corps. (…) Ça évolue sur une semaine en moyenne. La forme grave va apparaître au bout de quelques jours. »

Obligatoire depuis cette année, le vaccin n’est n’arrivé en Polynésie qu’en 1985. Pour autant, les 34 ans et plus ne sont pas forcément plus vulnérables. Selon les médecins, ils devraient avoir acquis une immunité à une époque où la rougeole circulait régulièrement.

Ce qui va faire la différence en revanche, c’est la forme physique des uns et des autres.

Quelles précautions ?

« Cette épidémie en cours, ce qui se passe aux Samoa… J’y suis allé. Cette situation est trop terrible pour qu’on ne donne pas des recommandations fortes.(…) Toute personne doit pouvoir rencontrer son médecin pour discuter de sa couverture vaccinale (…) sans s’affoler pour autant. »

La Polynésie n’est pas en alerte mais à un stade de « préparation » : « On est en train de réinformer les professionnels de santé à reconnaître la rougeole le plus précocement possible, et s’il y a un cas de bien le signaler pour qu’on puisse vacciner très vite l’entourage et éviter la propagation. »
En Polynésie, les médecins doivent également réapprendre à soigner la rougeole.

Déjà en rupture de stock de vaccins, les pharmacies devraient être réapprovisionnées dans les prochains jours. Preuve que la maladie est prise très au sérieux.

La dernière épidémie de rougeole en Polynésie remonte à 1997. Elle aurait touché 1 800 personnes.

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.