lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Plus de transport scolaire pour les élèves de Ai’ai à Tahaa

Publié le

Publié le 19/06/2019 à 14:34 - Mise à jour le 19/06/2019 à 14:34
Lecture 2 minutes

C’est une portion de route de 2 kilomètres et demi située dans la baie de Faa’aha, à Ai’ai qui est à l’origine du problème. La route est abîmée, elle manque d’entretien… si bien que le transporteur met 45 minutes pour effectuer son ramassage scolaire.

Fatigué de ne pas avoir de réponse à ses requêtes, en mars dernier, le président des GIE Transport en commun de Tahaa arrête de desservir le quartier. Quatre mois plus tard, la route est finalement remise en état, mais la société émet des réserves et ne s’est toujours pas engagée à reprendre.« J’ai peur de reprendre parce que je pense que ça va me coûter encore dix ans dans les dents avant qu’ils ne reviennent encore refaire cette route. J’essaie d’avoir une garantie écrite que cette route-là va être retapée tous les mois jusqu’au bitumage » nous dit le président.
 

 

La situation est des plus pénibles pour les parents d’élèves. Chacun s’organise à sa manière, mais tous dénoncent le fait qu’ils soient laissés au dépourvu. « Que ça soit les jours de beau temps ou de mauvais temps… ils vont à pied, en vélo. Mon cousin et sa femme emmènent leurs enfants en scooter. Et ils ont 4 enfants. Alors, c’est pas vraiment possible. Pour revenir de l’école, c’est pareil, ils sont à 4 » déplore Riri’a Tehaamoana, parent d’élève. « Ce qui nous dérange, c’est que nos enfants sont assurés. Maintenant, s’il leur arrive quelque chose, on fait comment ? » s’interroge Axel Tefaatau, parent d’élève.

« Aujourd’hui, on est vus d’un très mauvais œil par la population. Elle pense que moi, en tant que tavana, et mes collègues tanava, nous n’avons pas assumé nos parts de responsabilité. Alors que déjà, depuis le début de l’année, on y travaille, mais c’est long administrativement » explique de son côté Nick Atger, maire délégué de Ai’ai.
 
Conseillère à l’Assemblée, Patricia Amaru certifie que les discussions vont bon train et qu’un éventuel bitumage est même à l’ordre du jour : « Il a été décidé que si jamais il y a quoique ce soit qui se passe sur la route, des nids de poules etc. l’équipement interviendra. À la date d’aujourd’hui, la route a été mesurée, donc il y aura bitumage cette année, c’est dans les discussions ».
 
Mais la question qui se pose aujourd’hui est celle de la responsabilité civile en cas d’accident, notamment si l’enfant est censé être assuré pour un convoyage en truck.
 

Rédaction web avec Rony Mou-Fat

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.