jeudi 16 septembre 2021
A VOIR

|

Pédocriminalité : le fondateur de l’association Colosse aux pieds d’argile fait de la prévention en Polynésie

Publié le

Sébastien Boueilh, ancien rugbyman professionnel et fondateur de l’association Colosse aux pieds d’argile, est de retour au fenua. Durant son court séjour, il donnera 45 séminaires de prévention et sensibilisation aux risques pédophiles notamment en milieu sportif, dans plusieurs lycées sur Tahiti et Moorea et aussi aux professionnels encadrants.

Publié le 14/01/2021 à 9:52 - Mise à jour le 14/01/2021 à 9:53
Lecture < 1 min.

Sébastien Boueilh, ancien rugbyman professionnel et fondateur de l’association Colosse aux pieds d’argile, est de retour au fenua. Durant son court séjour, il donnera 45 séminaires de prévention et sensibilisation aux risques pédophiles notamment en milieu sportif, dans plusieurs lycées sur Tahiti et Moorea et aussi aux professionnels encadrants.

Les affaires de violences, notamment celles qui touchent les enfants, on en entend régulièrement parler au tribunal. Elles surviennent au sein de la famille, en milieu scolaires et sportifs. C’est un sujet très sensible et toujours aussi tabu, surtout lorsqu’il s’agit de violences sexuelles. “Le sujet des violences sexuelles sur mineurs est l’affaire de tous. Et plus nous allons en parler dans tous les domaines, que ce soit à la maison, au sport, dans les loisirs, plus on arrivera à endiguer ce fléau, estime Louise Themal, présidente de La compagnie du Caméléon. Je pense qu’il y a beaucoup de gens aujourd’hui qui vivent dans le silence et en souffrance. Et pas seulement des enfants, mais beaucoup d’adultes qui ont subi en étant enfant et qui aujourd’hui vivent difficilement avec leur traumatisme.”

Depuis lundi Sébastien Boueilh, fondateur de l’association Le colosse aux pieds d’argile rencontre des collégiens et lycéens pour les encourager à parler, à dénoncer d’éventuelles violences. Il propose aussi des séminaires de sensibilisation à la pédocriminalité. Ils sont destinés aux encadrants d’associations, aux enseignants ou encore aux éducateurs spécialisés. “Venir à ce genre de conférence, c’est aussi acquérir d’autres outils et établir un partenariat qui peut nous permettre de mieux aider et de soutenir les familles. Les parents, le message, c’est qu’il faut qu’ils entendent, même si c’est difficile. Tahiti c’est petit, tout le monde se connait plus ou moins. malgré ça, le rôle des parents c’est de protéger les enfants”, déclare Heiata Bouchet, éducatrice spécialisée à la DFSE

En France, chaque année 3000 enfants sont victime d’abus sexuelles. En Polynésie, on compte plus d’une centaine d’affaires concernant des mineurs agressés sexuellement chaque année.

Le reportage et l’interview de Sébastien Boueilh :

infos coronavirus