samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Patrimoine mondial de l’Unesco : la candidature de Taputapuatea déposée en janvier 2016

Publié le

Publié le 25/11/2014 à 16:57 - Mise à jour le 25/11/2014 à 16:57
Lecture 2 minutes

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et une partie de son gouvernement, le Haut-Commissaire de la république, Lionel Beffre, plusieurs représentants à lassemblée de Polynésie française, de nombreux techniciens ainsi que des membres d’associations culturelles ont participé, ce mercredi, au second comité de pilotage « Patrimoine mondial Unesco » de cette année 2014.
 
Ce comité de pilotage fait suite à celui qui s’était tenu en février dernier, concernant la candidature à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco du site de Taputapuatea et des îles Marquises. Ces réunions permettent notamment de pouvoir coordonner l’ensemble des opérations techniques nécessaires à l’avancement des dossiers de candidature polynésiens. Au cours de ce second comité de pilotage de l’année 2014, chacun des membres a pu prendre acte des étapes réalisées et valider les propositions et actions à venir.
 
S’agissant du marae Taputapuatea, la réorientation du dossier en dossier « site unique national (bien français) » avait d’ores et déjà été validée puisque du fait du retard considérable pris par les îles Cook censées porter le dossier transnational, il avait fallu reconsidérer cette option, au profit d’une candidature de la Polynésie française portée par la France à l’Unesco. Cette décision a nécessité d’engager un dialogue avec les autorités nationales et les services nationaux compétents.
 
La Polynésie française déposera le dossier de candidature de Taputapuatea à l’inscription au Patrimoine Mondial en janvier 2016, afin qu’il puisse être instruit au Comité du Patrimoine mondial en juillet 2017. Une délégation polynésienne devra par ailleurs se rendre à Paris en juin 2015 pour défendre ce dossier, qui ne vise pas à inscrire uniquement le marae lui-même, mais l’ensemble du site qui comprend également la vallée et les crêtes de montagnes environnantes. Dans le courant de l’année prochaine, le plan de gestion de cette zone sera consolidé et finalisé en concertation avec les populations locales en comités de travail restreints, avec le concours des services du Pays.

En ce qui concerne de la candidature des îles Marquises, il a été demandé à la Polynésie française de mieux définir le périmètre du site proposé au classement, celui-ci étant à l’heure actuelle encore trop vaste. Le Pays va donc recruter un bureau d’études, à la demande de la communauté des communes, pour aider les comités de gestion des Marquises à prioriser leurs sites afin de prendre une décision définitive qui soit réaliste au regard des possibilités financières de la Polynésie française.
Le président a rappelé que le Pays s’est fermement engagé dans une démarche de développement économique durable et se doit, pour y arriver, de valoriser l’ensemble de ses atouts économiques, sociaux et culturels. « Le classement de nos sites culturels et naturels au patrimoine mondial de l’humanité relève de ce défi majeur qu’il nous faut atteindre à tout prix », a déclaré le Président. Edouard Fritch a par ailleurs tenu à remercier l’Etat pour son concours et son aide dans ces démarches. 

Plus d’infos ce soir, dans votre journal sur TNTV

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le colonel Boudier quitte la Polynésie après 3 ans...

La gendarmerie va bientôt changer de commandement. Le colonel Frédéric Boudier quitte le fenua après trois ans à la tête de la gendarmerie en Polynésie française.

Malgré les critiques, l’Assemblée adopte le SAGE

Adopté par 39 voix contre 18, le schéma d’aménagement général de Polynésie française a d’abord fait l’objet de quelques empoignades ce matin. Vivement critiqué par les élus de l’opposition, le SAGE s’est rapidement vu éclipser par la très controversée Route du sud.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV