lundi 19 octobre 2020
A VOIR

|

Les habitants de Taravao réunis pour parler des mangroves

Publié le

Publié le 05/04/2019 à 14:30 - Mise à jour le 05/04/2019 à 14:30
Lecture 2 minutes

Le premier palétuvier de la famille des Rhizophora stylosa fut introduit en 1933 à Moorea. Depuis, il n’a cessé de s’étendre et a pris place dans le paysage végétal polynésien constituant ainsi des mangroves, des espèces de regroupements arbustives et arborées.

>>> Lire aussi : Pour une meilleure surveillance des mangroves en Polynésie

Ce samedi matin, la FAPE (La Fédération des associations de protection de l’environnement de Polynésie française) a fait appel à Florent Taureau, expert géographe, venu directement de Nantes pour étudier ensemble l’impact de ces mangroves sur l’écosystème et la biodiversité locale : « Les mangroves en Polynésie sont très particulières, très petites. Elles ont un petit peu échappé à la première évaluation nationale qui a été faite durant ma thèse. (…) Soit les gens identifient déjà la mangrove et ne la mélangent pas avec la submangrove, qui est une végétation présente avant l’introduction du palétuvier, et ils l’acceptent, soit au contraire, le Palétuvier va cacher la vue ou empêcher l’accès au ponton pour amarrer le bateau ou la pirogue etc., et ils vont être mécontents et vont vouloir enlever la mangrove. Mais quand la mangrove s’implante dans des endroits où finalement elle ne gène personne, j’ai l’impression que les Polynésiens sont plutôt contents de voir cette mangrove ici ».

> Appel à la population pour répertorier les mangroves

S’il est encore trop tôt pour émettre des conclusions, les habitants reconnaissent l’importance de ces formations végétales marécageuses du littoral : « Pour nous, la mangrove qui est actuellement là, c’est quelque chose de positif. Elles se reproduisent ici et à un certain moment, elles vont émigrer vers l’extérieur. Et à l’extérieur, on ne peut pas contrôler. Le seul endroit qu’on peut réellement sécuriser, c’est cet endroit. Donc au fait appel au Pays et à la municipalité si ils peuvent préserver cet endroit afin qu’on fasse une production d’alevins » explique Léonard Pia.

La FAPE de Polynésie française fait appel aux personnes pour leur venir en aide afin de répertorier tous les endroits où l’on trouve des palétuviers et identifier les espèces environnantes. À terme, différents projets pourraient émerger comme par exemple une approche dynamique temporelle, une espèce de mise à jour de ces cartographies qui se fera tous les six ans. Les conclusions définitives seront communiquées d’ici la fin de l’année.
 

Rédaction web avec Mata Ihorai et Hitiura Mervin

infos coronavirus

Au lendemain des élections, la Nouvelle-Zélande enregistre un cas de coronavirus

La Nouvelle-Zélande a fait état dimanche d'un nouveau cas de coronavirus, deux semaines après une déclaration de la Première ministre Jacinda Ardern qui se félicitait que son pays ait "de nouveau vaincu le virus".

Faa’a : l’enterrement d’un cas de Covid-19 crée la psychose

Le premier enterrement d’une victime du coronavirus a Faa’a a eu lieu ce dimanche matin au cimetière de Saint-Hilaire. Un enterrement qui a suscité de vives inquiétudes chez une riveraine qui craint d’être contaminée par la dépouille mais qui, paradoxalement, dénonce également les travaux de la commune. Ces derniers ont en effet créé un espace réservé aux personnes décédées du Covid, ce qui l’empêche désormais de sortir se promener.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les associations de Mangareva face à la crise sanitaire

La crise de la Covid-19 impacte également les archipels éloignés. Depuis le début de la pandémie, quatre associations de Mangareva ont dû reporter voire annuler leurs projets. Des décisions désastreuses pour certaines associations, notamment sur le plan financier.

Les policiers municipaux se forment auprès de la DSP

Le stage touche à sa fin pour une quarantaine de mutoi municipaux accédant aux fonctions d’Agent de Police Judiciaire Adjoint. Auprès des polices municipales de la zone urbaine, ils ont passé deux jours de formation au sein des équipes de la DSP.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV