dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Entrées régulées dans les grandes surfaces pour plus de sécurité

Publié le

Une vidéo montrant une file d'attente à l'extérieur d'une grande surface, publiée ce vendredi matin sur les réseaux sociaux, a donné l'impression que les supermarchés étaient pris d'assaut. Il s'agissait en fait d'une régulation effectuée par les enseignes pour éviter la proximité des personnes à l'intérieur des magasins, pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire.

Publié le 20/03/2020 à 15:06 - Mise à jour le 20/03/2020 à 16:47
Lecture 2 minutes

Une vidéo montrant une file d'attente à l'extérieur d'une grande surface, publiée ce vendredi matin sur les réseaux sociaux, a donné l'impression que les supermarchés étaient pris d'assaut. Il s'agissait en fait d'une régulation effectuée par les enseignes pour éviter la proximité des personnes à l'intérieur des magasins, pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire.

Peu après l’annonce du haut-commissaire du passage de la Polynésie en phase 3, et donc que la population doit se mettre en confinement dès ce vendredi soir à minuit, une vidéo montrant une file d’attente devant une grande surface, publiée sur les réseaux sociaux, a donné l’impression que la population s’était ruée vers les supermarchés.

La vérité est autre. « Dès ce matin, nos directeurs ont commencé à limiter l’accès aux magasins pour qu’il n’y ait pas de foule dans les magasins, puisque il faut qu’on puisse assurer la sécurité sanitaire des personnes, explique Nancy Wane, la porte-parole des entreprises Louis Wane. Donc oui, il y a une file dehors, mais ce n’est pas forcément parce qu’il y a plus de monde que d’habitude, c’est juste qu’on a voulu filtrer les entrées en magasin pour qu’il n’y ait pas trop de monde en même temps. C’est une simple mesure de sécurité sanitaire. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Dans la file, la plupart des personnes interrogées ont d’ailleurs indiqué qu’elles venaient simplement faire leurs courses de la semaine. Mais maintenant qu’elles ont appris pour le confinement, elles allaient peut-être remplir un peu plus leur chariot.

A ce sujet, la porte-parole des entreprises Louis Wane a rappelé que, « en termes de disponibilité de marchandises, il n’y a pas de souci à avoir, il y aura de la marchandise. Il n’y aura pas toute la gamme de produits qui arrivent par avion, par contre tout ce qui arrive par bateau, c’est assuré, on a du stock. Il faut que la population puisse acheter avec modération parce que tout le monde doit pouvoir avoir à manger et qu’à ce jour il n’y a pas de risque de pénurie », rassure-t-elle.

Enfin, il est « important que la population puisse respecter les règles que nous avons mis en application pour garantir la sécurité de nos collaborateurs et nos clients, insiste Nancy Wane. C’est-à-dire venir seul plutôt qu’en famille parce que, encore hier soir, on voyait des familles entières venir faire les courses et ne pas respecter les distances d’un mètre de sécurité. Donc il faut que les gens puissent être disciplinés sur les mesures que le gouvernement a mis en place parce que sans ça, ça va faire que s’escalader. »

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :