jeudi 28 octobre 2021
A VOIR

|

Les croisières reprennent lentement mais sûrement

Publié le

Mardi après-midi un nouveau paquebot est entré au port de Papeete. Le Star Breeze remplacera le Wind Spirit qui sera envoyé en carénage. La croisière reprend doucement dans nos eaux et malgré la crise sanitaire, les perspectives ne sont pas si troubles.

Publié le 13/10/2021 à 10:22 - Mise à jour le 13/10/2021 à 10:25
Lecture < 1 min.

Mardi après-midi un nouveau paquebot est entré au port de Papeete. Le Star Breeze remplacera le Wind Spirit qui sera envoyé en carénage. La croisière reprend doucement dans nos eaux et malgré la crise sanitaire, les perspectives ne sont pas si troubles.

Le Star Breeze peut transporter le double du nombre de passagers du Wind Spirit, une bonne nouvelle pour le secteur de la croisière qui reprend petit à petit. En additionnant cette capacité d’accueil à celles du Paul Gauguin et de l’Aranui ont atteint les 890 passagers transportables à l’année en Polynésie. Un chiffre convenable pour soutenir les entreprises qui vivent du tourisme. “On espère reprendre la croisière internationale dès l’année prochaine. La croisière en tête de ligne, elle est là. Il ne faut pas oublier que la croisière en tête de ligne ce sont des gens qui arrivent par avion pour rentrer dans nos bateaux pour faire le tour et repartir par avion. Donc ils ont déjà passé le filtre aérien donc je pense qu’à ce niveau là c’est bien cerné, le sanitaire est bien pris en compte, estime Bud Gilroy, président du Tahiti cruise club. Egalement tous nos navires qui sont en tête de ligne ont leur propre protocole sanitaire au-delà du protocole aérien par lequel des clients sont arrivés.”

Dès le mois de février, d’autres navires de croisières sont attendus dans nos eaux. Leurs capacités vont jusqu’à 700 voire 1200 passagers. Ces arrivées sont conditionnées à l’évolution de la pandémie de Covid-19 à l’international. Mais il ne s’agit que de croisières saisonnières soit deux à trois mois seulement. La priorité est de consolider les navires qui naviguent dans nos eaux à l’année.

Rédigé par

infos coronavirus