fbpx
lundi 18 novembre 2019
A VOIR

|

L’église catholique ne veut pas de PMA tout court en Polynésie

Publié le

Alors qu'une réforme adoptée par l'assemblée nationale prévoit d'étendre la PMA (la procréation médicalement assistée) aux femmes seules et aux lesbiennes, l’église catholique s’organise pour faire barrage à l’application de la PMA tout court, en Polynésie. Samedi matin, l’église Saint-Paul de Mahina a convié ses ouailles à une réunion d’information. Ils étaient une centaine à avoir répondu à l’invitation.

Publié le 06/10/2019 à 12:23 - Mise à jour le 07/10/2019 à 9:06
Lecture 2 minutes

Alors qu'une réforme adoptée par l'assemblée nationale prévoit d'étendre la PMA (la procréation médicalement assistée) aux femmes seules et aux lesbiennes, l’église catholique s’organise pour faire barrage à l’application de la PMA tout court, en Polynésie. Samedi matin, l’église Saint-Paul de Mahina a convié ses ouailles à une réunion d’information. Ils étaient une centaine à avoir répondu à l’invitation.

C’est un tableau apocalyptique que l’église catholique dresse de la PMA et de la GPA (gestation pour autrui) qui consiste à inséminer une mère porteuse. Pour les intervenants, ces pratiques cliniques s’apparentent à une fabrication d’EGM : des enfants génétiquement modifiés. Dans l’enceinte de l’église Saint-Paul, les intervenants n’hésitent pas à comparer l’homme à un “fournisseur” et la femme à une “usine”. La PMA pourtant, à l’instar de la fécondation in vitro (FIV) (lire ci-dessous) ou l’insémination artificielle, est déjà applicable en Polynésie. Par contre, elle était réservée jusque-là aux couples hétérosexuels stériles, et sur indication médicale. Le parcours pour y avoir accès n’est pas simple. Peu importe pour les confessions religieuses. Pas question de l’ouvrir aux femmes célibataires, ou aux lesbiennes polynésiennes. Ce qui gêne par dessus-tout, c’est bien l’absence de père.

“L’enfant a besoin de savoir qui est son père et sa mère” glisse un participant. Le droit de savoir pour l’enfant, ou la place de la filiation : ces deux arguments sont sur toutes les lèvres. Les familles catholiques auraient d’ailleurs pris les devant. Un projet d’amendement rédigé par l’église aurait été déposé auprès du gouvernement et de nos parlementaires pour que la loi organique rejette cette réforme.

“Il y a quand une reconnaissance de la filiation et de la généalogie qui est particulière en Polynésie, justifie Marie-France Fremy, présidente de l’association familiale catholique. On se demandait si on pouvait retirer la Polynésie de cette loi”. Une perspective inquiétante pour l’association Cousin Cousine, et ses quelques trente adhérents, qui ne font pas le poids face à l’église catholique. Directement concernée par la réforme qui va peut-être déboucher sur la GPA, l’association lance un cri de désespoir au gouvernement du pays.

“J’entend la position de l’église, mais ce que j’espère c’est que notre gouvernement sera favorable à cette loi qui va dans le bon sens, c’est-à-dire dans l’intérêt de l’enfant et d’une famille, même si c’est une famille différente avec deux mamans qui s’aiment autant qu’une maman et qu’un papa” argumente Karel Luciano, président de l’association. Alors que le débat sur cette question très polémique ne fait que commencer, les fidèles catholiques demandent à l’Etat d’organiser un référendum afin que les Polynésiens se positionnent pour ou contre la PMA pour tous.

Précisions : Si de simples inséminations directement dans la mère porteuse sont réalisables en Polynésie, la FIV (fécondation in vitro) en revanche n’est faisable qu’en Nouvelle-Calédonie, en France ou en Nouvelle-Zélande. L’opération se fait dans un laboratoire. Dans le cas d’une FIV classique, les spermatozoïdes sont simplement mis en contact avec l’ovule. Dans celui de la FIV ICSI, le spermatozoïde est introduit à l’aide d’une micro pipette, dans l’ovule. 

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Partage culturel et environnemental entre la Polynésie et Hawaii

Le Pays et le consortium hawaiien Aha Moananuiakea, regroupant l’école Kamehameha, l’université de Hawaii, le Bishop Museum et la Polynesian Voyaging Society,...

Les gendarmes formés à la lutte contre les violences...

Afin de lutter contre les violences intra-familiales, le plan "AGIR 2020" a été lancé ce matin au camp de la gendarmerie de Faa'a, en présence du Haut-commissaire. Gendarmes et policiers ont bénéficié de la première session de formation, axée sur l’accueil et l’accompagnement des victimes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X