jeudi 17 juin 2021
A VOIR

|

Le Vice-rectorat en Polynésie doit plus de 500 millions de Fcfp à la Caisse de Prévoyance sociale

Publié le

SOCIAL - 502 millions de Fcfp, c'est la somme que réclame la CPS au Vice-rectorat selon nos confrères de Tahiti infos. Sur cette somme, le contentieux sur le redressement pour les cotisations patronales porterait sur 85 millions de Fcfp.

Publié le 20/05/2019 à 9:27 - Mise à jour le 21/06/2019 à 10:01
Lecture < 1 min.

SOCIAL - 502 millions de Fcfp, c'est la somme que réclame la CPS au Vice-rectorat selon nos confrères de Tahiti infos. Sur cette somme, le contentieux sur le redressement pour les cotisations patronales porterait sur 85 millions de Fcfp.

« Nous avons relancé à plusieurs reprises le vice-rectorat, et c’est dommage de se retrouver devant le contentieux aujourd’hui. Mais, en tant que président du conseil d’administration de la CPS, je me dois de défendre les intérêts de notre caisse », a déclaré Patrick Galenon à nos confrères.

En 2013, la CPS a initié une vague de redressements sur les avantages en nature et notamment les retraites complémentaires. Trois ans plus tard en 2016, une loi du Pays est venue exonérer les complémentaires retraites de cotisations patronales.
Le contentieux avec le vice-rectorat porte sur la période antérieure.

La CPS a demandé au haut-commissariat de s’intéresser à l’affaire, le dialogue semblant difficile avec le Vice-rectorat. Selon Tahiti infos, le ministère de l’Éducation aurait appris la nouvelle durant la grève de l’enseignement privé.

L’affaire sera portée devant la justice. Elle sera examinée par le tribunal de première instance le 27 juin.

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.