samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Le stérilet hormonal Mirena ne pose pas problème en Polynésie, rassure un médecin

Publié le

Publié le 14/06/2017 à 17:19 - Mise à jour le 14/06/2017 à 17:19
Lecture < 1 min.

Maux de tête, états dépressifs chroniques, douleurs dans le ventre… De plus en plus de femmes se plaignent des effets indésirables du stérilet Mirena. Un groupe Facebook intitulé « Victimes du stérilet hormonal Mirena » a regroupé 17 000 membres depuis le début du mois de juin en France. 

Ce dispositif contraceptif des laboratoires Bayer est couramment utilisé par les femmes depuis la fin des années 90 en Polynésie. Mais ici, aucune plainte n’a été relevée à l’encontre du stérilet. 

«Les effets indésirables sont connus. Certaines patientes peuvent développer ces effets et si on le relève en consultation, on peut d’abord essayer de les soigner avec des traitements et si vraiment on n’y arrive pas, on peut retirer le stérilet », explique Dr Sabrina Chanteau, médecin au centre de consultation maternelle de Hamuta. Elle rassure. «De par mon expérience professionnelle, ces effets restent marginaux et je n’ai pas relevé d’augmentation de la fréquence des effets indésirables ici. Il n’y a aucun signalement à son encore et la balance risque reste tout à fait favorable à la population féminine », ajoute-t-elle.

 

 

L’avis de Sabrina Chanteau, médecin :

Rédaction web avec Laure Philiber et Maite Mai

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.