lundi 6 avril 2020
A VOIR

|

Le projet « Marquesas Fisheries » fait des vagues

Publié le

Publié le 31/05/2017 à 11:11 - Mise à jour le 31/05/2017 à 11:11
Lecture 2 minutes

Selon le collectif, « Depuis quelques semaines des pétitions (papier) circulent dans les îles de Nuku Hiva et Hiva Oa et depuis cette semaine également dans les autres îles de l’archipel. Quant à la pétition Internet  ‘change.org’ elle a recueillie en très peu de temps non loin de 2500 signatures ».

Pour le collectif, « Les populations marquisiennes qui n’ont pas été sérieusement concertée avant la mise en place de ce projet de pêche industrielle se posent des questions. »

Reconnaissant qu’il faut créer de l’emploi, le collectif explique qu’il existe d’autres « débouchés économiques possibles, sans folie des grandeurs et surtout sans détruire l’identité marquisienne : aider les habitants des Marquises à développer les filières du miel, de la vanille, du tourisme, de l’agriculture  (agrumes) et des métiers de l’artisanat  d’art marquisien ».

Du côté du Pays, on indique avoir « pris connaissance de la polémique liée à l’implantation d’une base de pêche aux Marquises, à l’initiative de la CODIM et d’un investisseur privé ».

Expliquant, « A ce stade, le gouvernement, contrairement à ce qui a pu être exprimé,  n’a pas de position sur ce projet puisque les parties prenantes ne lui ont communiqué aucune information technique sur la faisabilité de ce projet et sur son opportunité économique ».

Si, « le gouvernement est bien entendu favorable à tout projet qui peut concourir au développement économique, spécialement dans les archipels ». Pour autant,« Il ne peut s’engager sans avoir d’éléments fiables d’appréciation. Il invite donc la CODIM et l’investisseur à lui transmettre les études qui sont à leur disposition pour juger du bien-fondé de ce projet ».

 

Rédaction Web

Le courrier du collectif des Marquisiens

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV