lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Le centre Pu o te Hau ouvre ses portes aux représentants de l’Etat et du Pays

Publié le

Les représentants de l'Etat et du Pays ont visité le centre "Pu o te Hau", ce lundi matin à Pirae, à l'occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Publié le 25/11/2019 à 16:16 - Mise à jour le 25/11/2019 à 16:52
Lecture 3 minutes

Les représentants de l'Etat et du Pays ont visité le centre "Pu o te Hau", ce lundi matin à Pirae, à l'occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

A l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Dominique Sorain, haut-commissaire de la République, et Edouard Fritch, président de la Polynésie française, ont visité ce lundi matin les installations du centre d’hébergement d’urgence « Pu o te Hau Tuianu Le Gayic » à Pirae.

Les ministres Tea Frogier, Isabelle Sachet, Christelle Lehartel, des membres du bureau du Conseil des femmes ainsi que les présidentes de différentes associations affiliées au Conseil des femmes ont également pris part à cette visite.

(crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Priorité du plan de prévention de la délinquance 2018-2019, le haut-commissaire et le président du Pays ont souhaité effectuer une visite de terrain dans ce centre qui accueille et prend en charge des femmes victimes de violences conjugales.

La délégation a été accueillie par Angéline Sabre, présidente d’honneur du Conseil des femmes de la Polynésie française, et par Rowena Tuhoe, directrice du centre d’hébergement.

Après avoir visité le fa’a’apu et les jardins entretenus par les pensionnaires au sein d’ateliers, le haut-commissaire et le président ont assisté à une présentation du projet d’extension du centre faite par un architecte devant l’emprise foncière dédiée. Ce projet d’extension a pour objectif de construire 12 nouvelles chambres avec une capacité d’accueil de 32 personnes pour un coût estimé à 200 millions de Fcfp.

(crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Le haut-commissaire et le président ont également rencontré des femmes résidentes et échangé avec elles sur leur situation, la prise en charge dont elles bénéficient au sein du centre « Pu o te Hau », leurs attentes, ainsi que leurs projets et les difficultés rencontrées pour retrouver une vie sociale stable.

Ils ont également pu découvrir les produits et les ouvrages réalisés par les femmes résidentes pendant les ateliers et qui seront proposés à la vente lors de la prochaine journée internationale du droit des femmes en mars prochain.

Lors de cette visite, le président Edouard Fritch a confirmé la participation financière du Pays pour les travaux d’extension de la structure qui seront réalisés sur un terrain de la Polynésie française. Cette annonce avait été faite auprès de la présidente du Conseil des femmes, Chantal Galenon, en fin de semaine dernière.

Par ailleurs, et pour faciliter l’accueil de femmes en situation d’urgence sur la Presqu’île, le Pays mettra à disposition deux logements dans le cadre de la rénovation de la cité Mariani à Taravao.

Enfin, le Pays va aménager une unité médico-judiciaire dans la rotonde de l’hôpital de Taaone. Cette unité permettra la réalisation d’actes médicaux sur des victimes à la demande des services de police ou de la justice.

(crédit photo : haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Créé en 1989, le Centre d’hébergement d’urgence « Pu o te Hau » peut accueillir jusqu’à 40 personnes (femmes et enfants inclus) hébergées dans douze chambres dont une d’urgence. Une équipe de douze salariés gérés et rémunérés par le Conseil des femmes de la Polynésie française accompagne quotidiennement les femmes résidentes à la fois sur le plan médical et psychologique, mais aussi dans la conduite de leurs démarches administratives et judiciaires (suite de la procédure de dépôt de plainte). Le personnel du centre assure aussi un soutien aux pensionnaires en matière d’insertion professionnelle grâce à l’organisation de formations et à l’animation d’ateliers par l’équipe éducative, pour faciliter leur réinsertion professionnelle et leur indépendance financière.

Depuis le début de l’année 2019, le centre a accueilli 185 femmes et 288 enfants.

En 2018, le centre avait reçu 107 femmes et 136 enfants.

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.