vendredi 18 juin 2021
A VOIR

|

Le 28 ème congrès des communes sous le signe des bilans

Publié le

Publié le 30/07/2017 à 7:28 - Mise à jour le 30/07/2017 à 7:28
Lecture 2 minutes

Elues en mars 2014, les équipes municipales ont désormais effectué la moitié de leurs mandats. Cette première étape accomplie permet aux élus municipaux polynésiens de dresser un premier bilan de leur action. Quels projets ont été menés à bien ? Comment l’action publique est-elle ressentie par la population ? par les municipalités elles-mêmes ?
 
Pour répondre à ces questions, un bilan à mi mandature est donc nécessaire. Il doit permettre d’évaluer le chemin parcouru, de questionner de nouveau les enjeux financiers, juridiques, l’ingénierie et les partenariats, et de définir avec les partenaires de nouveaux accords, sur des objectifs partagés.
 
Cette thématique invite les différents acteurs du monde communal à faire un point de situation de l’évolution des communes polynésiennes dans une démarche prospective dont l’ambition est de dresser une feuille de route à l’échéance 2020.
 
Cyril Tetuanui, président du syndicat pour la promotion des communes, nous en dit plus. « En tant que maires, nous rencontrons beaucoup de défis. Cette année,  Il y a eu des réformes, plein. Et suite à cela, cette année il y aura un atelier pour le juridique au niveau des communes, un qui traitera du plan financier, et aussi un où l’on parlera des réformes que nous avons mises en place. »

Cette année, le congrès des communes 2017 fait de nouveau la place à un « Village Rencontres » un espace qui permet aux congressistes de s’informer de projets mis en place par des partenaires des communes (administrations du Pays, organismes régionaux notamment) mais aussi des entreprises proposant des produits ou des services qui peuvent intéresser les communes.

 

Rédaction Web 

Le programme du congrès des Communes

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.