A VOIR

|

La bûche reste le dessert star de Noël

Publié le

La bûche… un dessert qui conserve ses lettres de noblesse lors des menus de fête. Dans les pâtisseries du fenua les commandes affluent. Mais il a fallu s’organiser bien en amont pour les maintenir à des prix accessibles au grand public.

Publié le 24/12/2022 à 18:50 - Mise à jour le 24/12/2022 à 18:50
Lecture 2 minutes

La bûche… un dessert qui conserve ses lettres de noblesse lors des menus de fête. Dans les pâtisseries du fenua les commandes affluent. Mais il a fallu s’organiser bien en amont pour les maintenir à des prix accessibles au grand public.

Il reste toujours une petite place pour elle, même après un repas copieux : la traditionnelle bûche de Noël est largement plébiscitée cette année encore, sur les tables du réveillon. Elle trône dans les vitrines des pâtissiers du fenua. Mais comment continuer à proposer ces desserts à prix correct, et toujours aussi gourmands malgré des matières premières dont le coût a flambé de 20% ?

Les 24 décembre, c’est le jour J dans les pâtisseries du fenua qui produisent, depuis quelques jours des centaines de bûches … principalement au chocolat. Et les gourmands n’ont pas attendu Noël pour les goûter selon Batien Caprbern, chef pâtissier du Palais. “On des clients qui viennent très tôt au mois de décembre pour goûter les bûches. Souvent, on les sert en miniature pour permettre à tout le monde de pouvoir les goûter. sur les 15 premier jours du mois de décembre, on est à peu près sur 1500 bûches. On a des bûches qui partent dans les îles… ça peut partir à Huahine, Bora Bora. On a Raiatea et on en a quelques_unes qui sont déjà parties, même sur Hawaii.”

Les bûches comme les autres produits de fêtes ne sont pas épargnées par l’inflation… Mais les familles n’ont pas pour autant choisi entre entrée et dessert cette année. “Le dessert n’est pas zappé cette année, on a pas mal de ventes. (…) On a fait le pari de commander les matières premières bien avant pour pouvoir garder les tarifs un peu plus bas parce que les tarifs ont augmenté en fin d’année. Le contexte aujourd’hui est un peu compliqué et le but c’est que tout le monde puisse avoir sa bûche sur la table, donc on a gardé les mêmes tarifs que l’année dernière.”

Pour les pâtissiers pas de répit… car après Noël vient l’épiphanie… Les galettes dorées ornent déjà certains étals…