mardi 23 juillet 2019
A VOIR

|

Junko Watanabe, survivante de Hiroshima, rencontre Oscar Temaru

Publié le

Publié le 12/03/2019 à 17:08 - Mise à jour le 12/03/2019 à 17:08
Lecture 2 minutes

Lorsque Junko Watanabe raconte à Oscar Temaru l’enfer nucléaire qu’a connu Hiroshima, elle ne peut retenir ses larmes. Hibakusha, c’est le nom donné par les Japonais aux rescapés de la première bombe atomique américaine larguée sur le Japon le 6 août 1945.
 
Junko avait 2 ans à l’époque. Sa maison s’est effondrée sur toute sa famille. Et la survivante fait aujourd’hui partie des milliers de hibakusha qui souffrent depuis l’enfance de symptômes dus aux radiations.
 
“Je suis une hibakusha, affirme-t-elle. Une des personnes qui ont été exposées aux radiations et je pense qu’en tant que tel, nous essayons de faire de ce monde un monde meilleur, libéré des problèmes de radiations nucléaires. Nous vivons sur la même planète et nous devons travailler ensemble, c’est important pour nous.”
 
Le témoignage de Junko Watanabe résonne comme un message d’espoir pour Oscar Temaru, l’association Moruroa e Tatou et l’Église protestante maohi, qui étaient tous présents lors de la rencontre organisée ce mercredi à la mairie de Faa’a. La délégation japonaise a signé leur pétition pour que l’État assume les conséquences des essais nucléaires en Polynésie. Une pétition qui pourrait faire le tour du monde.
 
Parce qu’ils “vont partout parler des problèmes des populations”, se réjouit Oscar Temaru. Il n’y a pas que nous. Vous allez au Kazakhstan, eux aussi ont subi les essais nucléaires russes, au Tibet c’est la même chose. Dans le Pacifique, ce sont les essais américains. C’est un problème mondial.”
 
Pour qu’un tel drame ne se reproduise plus, Junko Watanabe témoigne de son histoire à chaque escale du Peace Boat, le bateau de la paix. Elle veut sensibiliser ceux qu’elle rencontre aux dangers de l’arme atomique. D’autant que les bombes d’aujourd’hui sont bien plus puissantes que celle qui a rasé sa ville de Hiroshima et marqué le peuple japonais.  

Le Peace Boat devait quitter Papeete ce jeudi soir pour arriver vendredi matin à Bora Bora.
 

Rédaction web avec Esther Parau-Cordette et Brandy Tevero

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X