mardi 1 décembre 2020
A VOIR

|

Faa’a : le masque obligatoire dans les établissements communaux et espaces publics sous peine d’amende

Publié le

Le tavana de Faa'a, Oscar Manutahi Temaru, a pris un arrêté afin de prévenir et limiter la propagation du Covid-19 dans les zones où le respect de la distanciation sociale est rendu difficile par la forte fréquentation, notamment dans les établissements communaux et les espaces publics.

Publié le 12/08/2020 à 11:48 - Mise à jour le 12/08/2020 à 11:57
Lecture < 1 min.

Le tavana de Faa'a, Oscar Manutahi Temaru, a pris un arrêté afin de prévenir et limiter la propagation du Covid-19 dans les zones où le respect de la distanciation sociale est rendu difficile par la forte fréquentation, notamment dans les établissements communaux et les espaces publics.

Face à l’ampleur de la propagation du Covid-19 sur le territoire, il est plus que jamais nécessaire de se protéger et protéger les autres contre l’épidémie de coronavirus en adoptant inévitablement les gestes barrières, particulièrement le port du masque en extérieur, dans les lieux publics. Ces dispositions préventives seront adaptées en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Cette obligation du port du masque est prévue par arrêté pris par le maire. Ainsi, à compter d’aujourd’hui, mercredi 12 août 2020, le port du masque est obligatoire, dans les bâtiments communaux.

Dans le cas contraire, l’accès sera refusé aux personnes ne respectant pas le port du masque, dans les endroits où il est rendu obligatoire. Les contrevenants devront payer une amende de 4 534Fcfp.

La commune de Punaauia annonce elle aussi l’obligation du port du masque dans les services et structures communales.

⚠️SANTE – Covid 19Suite à la réapparition de cas de contamination à la #COVID19 sur le territoire de la Polynésie…

Posted by Ville de Punaauia, Tahiti on Friday, August 7, 2020

infos coronavirus

À partir du 15 décembre, retour à la normale pour les voyages France – Polynésie

Les Français retrouveront avec la levée du confinement la liberté de circulation à partir du 15 décembre, a affirmé mardi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, expliquant qu'il n'y avait "aucun problème à réserver" un billet d'avion pour les outremers.