vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Etudes : le Canada attire les Polynésiens

Publié le

Publié le 19/09/2018 à 8:19 - Mise à jour le 19/09/2018 à 8:19
Lecture 2 minutes

“Le nombre d’étudiants qui partent faire leurs études au Canada a clairement augmenté ces dix dernières années”, confient les membres de l’AEPF. “Le Canada attire beaucoup les Tahitiens, aujourd’hui plus que jamais. (…) Montréal a été élue meilleure ville universitaire du monde en 2017, son vaste réseau d’écoles et universités ainsi que son système scolaire nord-américain en font son attrait majeur en plus de la beauté du pays. De plus, Montréal est une ville dynamique dont le style de vie se rapproche beaucoup de celle des villes nord-américaines”. Atout non négligeable pour les étudiants du fenua : on y parle français. 

> Démarches administratives et coût des études

Une petite difficulté existe cependant : les démarches administratives. L’AEPF conseille aux jeunes désirant étudier au Canada de s’inscrire d’abord dans une université. Une fois l’inscription acceptée, elle permettra de faire une demande de visa étudiant. L’AEPF Canada a mis en ligne un site internet sur lequel elle proposera bientôt des brochures pour répondre aux questions des Polynésiens sur l’immigration. Pour ceux qui le souhaitent, il est déjà possible de contacter l’association. 

Au fenua, Erable orientation propose également de conseiller ceux qui choisissent le Canada pour leurs études. Leur site internet détaille les démarches pour l’assurance maladie, pour ouvrir un compte en banque, passer son permis… mais aussi le coût des études. Depuis 2015, les étudiants français ne bénéficient plus de tarifs préférentiels. Il faudra compter minimum 600 000 Fcfp par an pour étudier au Canada en venant de Polynésie. 

> Gare au froid !

Côté adaptation, l’AEPF propose aux étudiants de rester en contact avec la communauté polynésienne autour d’activités. “Nous voulons que chaque étudiant sache qu’il n’est pas seul et qu’il pourra toujours compter sur quelqu’un ici à Montréal et aux alentours.”
Trouver du soutien n’est donc pas compliqué. Mais s’adapter au climat en revanche, peu s’avérer plus difficile… “C’est en hiver que l’adaptation est la plus dure et que la volonté de réussir au Canada est mise à l’épreuve ! Surtout quand on sait qu’il dure 5 à 6
mois et que les températures peuvent baisser jusqu’à -30° ! Mais une fois que l’on est bien couvert et qu’on ne se laisse pas abattre par le froid, l’hiver est aussi une saison magique avec un dépaysement total garanti et pleins de choses à découvrir
comme de beaux paysages enneigés, des activités nouvelles pour beaucoup de Tahitiens comme le ski, le patin à glace, la luge, les randonnées en raquettes ainsi les excursions en chiens de traîneaux,”
 promet l’AEPF. 

Rédaction web 

PRATIQUE

Plus d’infos sur le site Internet de l’AEPF Canada : cliquez ICI
Consultez la page Facebook de l’AEPF Canada en cliquant ICI
Consultez le site Internet de Erable orientation en cliquant ICI

 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER