vendredi 25 juin 2021
A VOIR

|

Éduquer le palais des enfants avec les “classes du goût”

Publié le

Publié le 14/11/2018 à 14:46 - Mise à jour le 14/11/2018 à 14:46
Lecture 2 minutes

C’est à l’issue du village de l’alimentation et de l’innovation qui s’est tenu l’an dernier, que le projet prend forme. Cette année, deux écoles sont concernées : celle de Pamatai à Faa’a et celle Tamahana à Arue.

“C’est un moyen de découvrir l’alimentation de manière plus ludique et de comprendre comment nos sens fonctionnent, et comment les utiliser à bon escient pour profiter pleinement des aliments. En ayant cette éducation au goût, l’enfant aura envie de se diriger vers des aliments plus complexes d’un point de vue des saveurs et des arômes, et non rester sur des aliments purement sucrés ou salés” explique Manihini Lefoc, consultante en alimentation santé et porteuse du projet.

Les enfants sont les premiers acteurs de ce programme, mais le projet se veut aussi fédérateur, c’est pourquoi les enseignants invitent activement les parents à participer à certaines séances. Le but étant de penser l’alimentation autrement et d’adopter une manière de s’alimenter plus saine. “Il faut que les enfants soient au courant de ce qu’ils mangent et qu’ils découvrent de nouveaux goûts. C’est une belle expérience pour les enfants, c’est un beau projet” déclare l’un des parents d’élèves, présent lors de ces ateliers du goût ce jeudi 15 novembre.

Alors que 70% de la population polynésienne est en surpoids, dont 40% au stade de l’obésité, le message est clair, les comportements doivent changer et ce, dès le plus jeune âge : “C’est important de sensibiliser dès le plus jeune âge car les habitudes alimentaires s’acquièrent tout petit. C’est aussi important qu’il y ait une éducation au goût qui se fasse au sein des familles” explique Anaelle Paupier, diététicienne au Service de la santé.
 
Le projet pourrait s’étendre à d’autres établissements scolaires dans les mois à venir : Nous ajusterons le programme si nécessaire et nous verrons comment le déployer sur d’autres écoles qui souhaiteraient le rejoindre” ajoute Manihini Lefoc.
 

Rédaction web avec Hitiura Mervin

infos coronavirus