samedi 15 mai 2021
A VOIR

|

Dengue 2 : l’alerte sanitaire a été levée

Publié le

Publié le 19/08/2018 à 15:55 - Mise à jour le 19/08/2018 à 15:55
Lecture 2 minutes

En juin dernier, deux cas de dengue de type 2 ont été diagnostiqués à Raiatea. Ce sérotype n’ayant pas circulé en Polynésie française depuis l’an 2000, la population est faiblement immunisée. Une épidémie était donc à craindre. L’état d’alerte sanitaire a été déclaré. 
Depuis, selon la Veille sanitaire, aucun nouveau cas n’a été déclaré. L’alerte a donc été levée le 8 août. 

Dans son dernier bulletin, la Veille sanitaire recommande néanmoins de rester vigilant : d’une part, des cas asymptomatiques
peuvent ne pas avoir été détectés ; d’autre part, des épidémies de dengue 2 persistent à la Réunion et dans des îles du
Pacifique, notamment en Nouvelle-Calédonie en liaison aérienne directe avec Tahiti.

La Polynésie se situe désormais en phase de surveillance de niveau 1b, correspondant à un risque très élevé d’introduction du virus.
Les mesures de dégitage devraient donc se poursuivre et être continues tout au long de l’année. L’élimination du
moustique vecteur équivaut à l’élimination du risque de transmission en cas d’introduction du virus sur le territoire.

Par ailleurs, la dengue de type 1 continue de circuler au fenua, en particulier à  Tahiti, Bora Bora, Raiatea, Moorea et Hao.
 21 cas confirmés ces dernières semaines. 21,4 % sont des enfants de moins de 15 ans. 19 sérotypés DENV-1

Rédaction web 

Les recommandations 

– élimination des gîtes larvaires en supprimant ou protégeant toute zone de stagnation d’eau douce une fois par semaine

– utilisation de moyens de protection individuelle : répulsifs anti-moustiques, moustiquaires, diffuseurs…

Prévention du sérotype 2

La Polynésie française continue d’être à risque d’importation de la dengue de type 2 du fait que ce virus circule dans la
zone Pacifique. Des personnes en provenance de zones à risque pour la dengue 2 participent parfois à des compétitions ou des
évènements internationaux. Pour lutter contre les risques d’introduction du virus et d’épidémie, l’élimination des gîtes
larvaires doit être continue : éliminer les moustiques, c’est éliminer le risque de se contaminer par le virus de la dengue.
La direction de la Santé invite les personnes à consulter rapidement un médecin en cas de fièvre supérieure à 38,5°C
d’apparition brutale et de douleurs musculaires et articulaires. La consultation permettra de confirmer le diagnostic et de
prendre l’ensemble des mesures de lutte contre les moustiques porteurs du virus sur le terrain.

 

Consultez le bulletin de Veille sanitaire en intégralité ici : 

infos coronavirus