mercredi 2 décembre 2020
A VOIR

|

Covid-19 : les coursiers à la rescousse des confinés

Publié le

À l’heure du confinement, la livraison à domicile permet d’approvisionner les personnes dans l’impossibilité de se déplacer. Les entreprises de coursiers de Tahiti multiplient les trajets et s’adaptent à leur tour pour assurer les livraisons à temps, et respecter au mieux les règles sanitaires.

Publié le 28/03/2020 à 14:05 - Mise à jour le 01/04/2020 à 14:05
Lecture 2 minutes

À l’heure du confinement, la livraison à domicile permet d’approvisionner les personnes dans l’impossibilité de se déplacer. Les entreprises de coursiers de Tahiti multiplient les trajets et s’adaptent à leur tour pour assurer les livraisons à temps, et respecter au mieux les règles sanitaires.

Être coursier en ces temps de crise, c’est répondre à une demande en hausse. Ce coursier doit livrer à Papara. Les commandes sont principalement des produits sanitaires et des denrées alimentaires. Sa clientèle ? Des personnes âgées mais aussi tous ceux qui craignent de se rendre dans les magasins. « J’ai entre 10 et 15 commandes par jour. Comme les gens ne peuvent pas se déplacer, ils nous appellent, et comme certaines sociétés de livraison sont fermées, les demandes augmentent » nous dit Rono Tetuaapua, coursier à Papeete.

À l’entrée des commerces, les consignes sont affichées. Le nombre de clients est limité dans les rayons par mesure de sécurité. Les coursiers comme les employés se protègent au mieux et s’organisent pour préparer les commandes afin de limiter les interactions.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Derrière sa caisse à distance, Maeva Ganahoa porte un masque en tissu, doublé d’une serviette hygiénique. Un système D par principe de précaution pour elle et ses clients. « Quand le coursier appelle, je prépare la commande, comme ça s’est prêt quand il arrive » explique-t-elle.

Sa commande prête à être récupérée, Rono ajoute : « On prend nos précautions, avec les gants, le masque. Et avec les clients on se tient à distance au moment de la livraison, et en général ça se passe bien ».

Le temps est compté, d’autant que le confinement se durcit. Direction un magasin d’alimentation pour compléter la commande passée en ligne. Rono n’a plus qu’à récupérer les produits frais et payer en restant face à un plexiglass qui protège les employés de la clientèle. D’un pas pressé, il range ses sacs : « Il y avait juste à récupérer, payer et le client règlera sa part à la livraison ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

D’autres professionnels de la livraison voient aussi leur carnet de commandes se remplir, notamment pour les habitants des îles qui souhaitent s’approvisionner en produits désinfectants. Difficile cependant de répondre à toutes les demandes comme le confie Vaitea Etilage, coursier : « On a beaucoup de demandes. Heureusement, on a des copains concurrents, et on essaie tous de servir tout le monde. C’est aussi du cas par cas et on fait de notre mieux pour satisfaire la clientèle ».

Comme les agents de sécurité, les caissiers, agents d’entretien et autres professions qui sont amenées à croiser le public, les coursiers sont confrontés aux risques liés au Covid-19. Mais dans tous ces métiers, le sentiment est d’être utile aux autres.

infos coronavirus

À partir du 15 décembre, retour à la normale pour les voyages France – Polynésie

Les Français retrouveront avec la levée du confinement la liberté de circulation à partir du 15 décembre, a affirmé mardi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, expliquant qu'il n'y avait "aucun problème à réserver" un billet d'avion pour les outremers.