dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Covid-19 : les coursiers à la rescousse des confinés

Publié le

À l’heure du confinement, la livraison à domicile permet d’approvisionner les personnes dans l’impossibilité de se déplacer. Les entreprises de coursiers de Tahiti multiplient les trajets et s’adaptent à leur tour pour assurer les livraisons à temps, et respecter au mieux les règles sanitaires.

Publié le 28/03/2020 à 14:05 - Mise à jour le 01/04/2020 à 14:05
Lecture 2 minutes

À l’heure du confinement, la livraison à domicile permet d’approvisionner les personnes dans l’impossibilité de se déplacer. Les entreprises de coursiers de Tahiti multiplient les trajets et s’adaptent à leur tour pour assurer les livraisons à temps, et respecter au mieux les règles sanitaires.

Être coursier en ces temps de crise, c’est répondre à une demande en hausse. Ce coursier doit livrer à Papara. Les commandes sont principalement des produits sanitaires et des denrées alimentaires. Sa clientèle ? Des personnes âgées mais aussi tous ceux qui craignent de se rendre dans les magasins. « J’ai entre 10 et 15 commandes par jour. Comme les gens ne peuvent pas se déplacer, ils nous appellent, et comme certaines sociétés de livraison sont fermées, les demandes augmentent » nous dit Rono Tetuaapua, coursier à Papeete.

À l’entrée des commerces, les consignes sont affichées. Le nombre de clients est limité dans les rayons par mesure de sécurité. Les coursiers comme les employés se protègent au mieux et s’organisent pour préparer les commandes afin de limiter les interactions.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Derrière sa caisse à distance, Maeva Ganahoa porte un masque en tissu, doublé d’une serviette hygiénique. Un système D par principe de précaution pour elle et ses clients. « Quand le coursier appelle, je prépare la commande, comme ça s’est prêt quand il arrive » explique-t-elle.

Sa commande prête à être récupérée, Rono ajoute : « On prend nos précautions, avec les gants, le masque. Et avec les clients on se tient à distance au moment de la livraison, et en général ça se passe bien ».

Le temps est compté, d’autant que le confinement se durcit. Direction un magasin d’alimentation pour compléter la commande passée en ligne. Rono n’a plus qu’à récupérer les produits frais et payer en restant face à un plexiglass qui protège les employés de la clientèle. D’un pas pressé, il range ses sacs : « Il y avait juste à récupérer, payer et le client règlera sa part à la livraison ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

D’autres professionnels de la livraison voient aussi leur carnet de commandes se remplir, notamment pour les habitants des îles qui souhaitent s’approvisionner en produits désinfectants. Difficile cependant de répondre à toutes les demandes comme le confie Vaitea Etilage, coursier : « On a beaucoup de demandes. Heureusement, on a des copains concurrents, et on essaie tous de servir tout le monde. C’est aussi du cas par cas et on fait de notre mieux pour satisfaire la clientèle ».

Comme les agents de sécurité, les caissiers, agents d’entretien et autres professions qui sont amenées à croiser le public, les coursiers sont confrontés aux risques liés au Covid-19. Mais dans tous ces métiers, le sentiment est d’être utile aux autres.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : redact[email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Reprise des cours d’arts traditionnels et de ‘ori tahiti...

Après une reprise progressive lancée la semaine dernière par les professeurs et les élèves des arts classiques, c'était au tour des arts traditionnels de reprendre le chemin des enseignements ce lundi, avec les adultes des classes de 'ori tahiti.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV