mardi 9 août 2022
A VOIR

|

Communiqué

Covid-19 : les conditions d’entrée en Polynésie par transport aérien

Publié le

COMMUNIQUÉ - L’État et le Pays ont décidé, dans le cadre de leurs compétences respectives, de renforcer les conditions d’entrée sur le territoire de la Polynésie française en particulier pour lutter contre le variant Omicron qui se répand largement dans le monde et dont les conséquences ne sont pas encore totalement connues des spécialistes.

Publié le 29/12/2021 à 14:23 - Mise à jour le 31/12/2021 à 11:21
Lecture 3 minutes

COMMUNIQUÉ - L’État et le Pays ont décidé, dans le cadre de leurs compétences respectives, de renforcer les conditions d’entrée sur le territoire de la Polynésie française en particulier pour lutter contre le variant Omicron qui se répand largement dans le monde et dont les conséquences ne sont pas encore totalement connues des spécialistes.

En Polynésie française, le variant Omicron devient progressivement majoritaire parmi les nouvelles contaminations détectées, ainsi que les autorités de santé du Pays ont pu l’expliquer lors de la présentation du dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire.

Pour rappel, ces conditions d’entrée en Polynésie varient en fonction de la situation sanitaire des pays de provenance et du statut sanitaire des voyageurs au moment de l’embarquement.

L’État et le Pays précisent les nouvelles conditions applicables dans le cadre d’une arrivée par transport aérien (il n’y a pas de changement pour le transport maritime) :

  1. Toute personne entrant en Polynésie française doit préalablement s’enregistrer sur la plateforme polynésienne ETIS “Electronic travel information system” au plus tard six jours avant leur départ s’ils ne sont pas vaccinés et au plus tard la veille s’ils sont vaccinés.
  • Les personnes vaccinées ayant séjourné de façon continue dans les quinze jours qui précèdent leur déplacement dans les pays et territoires classés “verts” ou aux États-Unis ne sont pas soumises aux motifs impérieux.
  • Pour tous les autres passagers, quel que soit leur statut sanitaire, un motif impérieux est à déclarer au moins six jours avant le départ et doit être validé par le Haut-commissariat. La liste des motifs impérieux suivant la situation du pays et du voyageur est détaillée sur le site du Haut-commissariat.
  • Pour toute personne vaccinée en provenance d’un pays et territoire classé “rouge” et pour toute personne non vaccinée, quel que soit le pays de provenance, une quarantaine obligatoire décidée par l’État sur proposition du Pays doit être respectée. Elle fait l’objet de contrôles par les forces de l’ordre. Les conditions de cette quarantaine, qui peuvent être différentes selon le statut sanitaire de chaque voyageur, sont précisées sur le site internet du Haut-commissariat.
  • Conformément au décret du 23 décembre 2021, applicable en Polynésie française et à compter du 28 décembre, l’ensemble des passagers est désormais dans l’obligation de présenter au transporteur aérien lors de l’embarquement un test négatif, RT-PCR ou antigénique, de moins de 24 heures. Les compagnies aériennes doivent s’assurer du respect de cette disposition nationale qui s’applique actuellement pour se rendre dans l’ensemble des outre-mer.
  • Le ministère de la santé du Pays recommande la réalisation d’un test RT-PCR avant embarquement vers Tahiti. C’est pourquoi, à compter du 30 décembre, en application de l’arrêté n°03090 du Conseil des ministres de la Polynésie française, pour les personnes qui auraient fait le choix d’entrer en Polynésie française avec un résultat négatif de test antigénique de moins de 24 heures, un dépistage individuel par technique RT-PCR sera pratiqué à l’aéroport. En application de l’arrêté 525/CM, ce test deviendra payant à compter du 10 janvier 2022. Dans l’attente du résultat définitif de ce dernier test qui sera communiqué par l’ILM, il est demandé aux voyageurs concernés d’effectuer un isolement prophylactique de 72 heures dans le lieu de leur choix.
  • Depuis le 27 décembre, à l’arrivée à Tahiti-Faa’a, tous les voyageurs sont soumis à un test “antigénique rapide” pratiqué par l’ILM et doivent désormais attendre le résultat de ce test avant de quitter l’aéroport. En cas de résultat positif, le haut-commissariat prend immédiatement une mesure d’isolement administratif de 10 jours, à Tahiti. Le respect de cette mesure sera contrôlé strictement par les forces de l’ordre.
  • Enfin, il est rappelé que lorsqu’un transit est effectué via les États-Unis, il appartient à chaque voyageur de se mettre en conformité avec la réglementation américaine lors des entrées, escales et transits effectués sur le sol américain. À l’heure actuelle, hormis quelques exceptions, les personnes majeures non vaccinées ne peuvent pas entrer, faire escale ou transiter aux États-Unis.

Pour rappel donc, trois cas de figure possibles se présentent aux voyageurs âgés de plus 12 ans :
CAS 1 :  Présentation d’un test RT-PCR de moins de 24 heures négatif avant embarquement : option recommandée.
CAS 2 : S’il n’est pas possible d’effectuer un test RT-PCR à moins de 24 heures :
alors présentation d’un test antigénique de moins de 24 heures négatif, couplé avec un test RT-PCR négatif de moins de 2 jours.
CAS 3 : S’il n’est pas possible d’effectuer un test RT-PCR à moins de 2 jours : alors
présentation d’un test antigénique négatif de moins de 24 heures au départ.
Dans ce cas, le test RT-PCR effectué à l’aéroport sur tous les voyageurs arrivant en Polynésie française, dans le cadre de la surveillance sanitaire obligatoire pour séjourner en Polynésie, sera à la charge du voyageur à compter du 10 janvier 2022.
Dans ce 3e cas, dans l’attente des résultats de ce test, outre le respect des gestes barrières et afin d’éviter tout contact non essentiel, un isolement volontaire de 72 heures est également fortement recommandé par les autorités sanitaires du Pays dans le lieu de son choix.

> Les pays classés en zone verte, orange et rouge

infos coronavirus