mardi 9 août 2022
A VOIR

|

Brapac : 3 semaines de grève pour rien ?

Publié le

Si un protocole d'accord a bien été signé entre les salariés grévistes et la direction, le gérant de la Brapac, Félix Bernardino, assure pourtant n'avoir "rien lâché".

Publié le 05/01/2022 à 16:15 - Mise à jour le 05/01/2022 à 16:20
Lecture < 1 min.

Si un protocole d'accord a bien été signé entre les salariés grévistes et la direction, le gérant de la Brapac, Félix Bernardino, assure pourtant n'avoir "rien lâché".

La grève est levée. La CSIP a accepté de signer un accord de fin de conflit avec la direction de la Brapac et de la filiale Pacific Drink. Une signature intervenue après le dépôt d’un référé par le syndicat. En cause, l’utilisation de prestataires extérieurs afin d’assurer l’activité des deux entreprises. Pour la direction, ce personnel était déjà au service de l’entreprise avant la grève.

Un mouvement qui fait suite à celui de 2019. Pour les salariés grévistes, les revendications sont restées les mêmes : une revalorisation de la grille salariale et la requalification des postes. Les grévistes avaient dû lever le blocage des usines le 24 décembre, sur décision de justice.

Au final, le protocole d’accord a été signé ce mercredi. Si la CSIP a refusé de répondre à nos questions, elle a cependant assuré avoir obtenu 90% de ses revendications, selon Tahiti-Infos. Mais le son de cloche est tout autre du côté de la direction. Le gérant de la Brapac, Félix Bernardino, assure n’avoir “rien lâché”. “Ils n’ont rien eu”, a-t-il insisté, malgré la signature du protocole.

Quoi qu’il en soit, les salariés reprendront le travail demain matin. Concernant le référé déposé par la CSIP, la décision du tribunal de première instance est attendue jeudi.

infos coronavirus