lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Bora Bora : le site de la plage de Matira a fait peau neuve

Publié le

Après plusieurs mois de travaux, la commune a inauguré cette semaine le nouveau site de la plage de Matira. Sanitaires, espaces verts, lieux de rassemblement… tout a été optimisé pour rendre ce lieu très connu de l’île, accueillant.

Publié le 12/12/2020 à 11:58 - Mise à jour le 14/12/2020 à 10:01
Lecture < 1 min.

Après plusieurs mois de travaux, la commune a inauguré cette semaine le nouveau site de la plage de Matira. Sanitaires, espaces verts, lieux de rassemblement… tout a été optimisé pour rendre ce lieu très connu de l’île, accueillant.

À Matira, les sanitaires et le grand fare pote’e ont complètement été réaménagé pour faire du site de la plage un lieu de détente et de relaxation en famille. Plusieurs mois ont été nécessaires pour finaliser les travaux : « Avec le conseil municipal et les tavana, nous avons voulu un peu innover. Par exemple les sanitaires : nous avons agrandi. Nous avons des locaux à poubelle, un coin pour trier les déchets. Grand changement pour le fare pote’e. Le conseil municipal a toujours voulu adopter le pandanus plutôt qu’une couverture en tôles« , explique Pai Aiho, maire adjoint en charge de l’environnement.

Grande nouveauté : la mis en place d’espaces verts et d’assises pour apporter de la fraîcheur. Plantes, choix de matériaux… L’entrepreneur a su allier aspect esthétique et robustesse. Un marché remporté par une entreprise de l’île. Raphaël Delente est le paysagiste : « Les matériaux utilisés, c’est des matériaux qu’on trouve ici principalement sur le fenua pour ce qui est des roches. J’aime bien lier le minéral, avec le bois, le végétal, le métal… Tout ça se sont des matériaux qui se lient bien dans un jardin pour arriver à faire une belle composition en harmonie. Après pour les plantes, c’est vrai que c’est plus compliqué dans des espaces publics, s’il faut choisir des variétés qui sont résistantes, qu’on n’a pas forcément envie de cueillir pour mettre dans son jardin. »

60 millions ont été nécessaires pour réaliser ce projet, 95% financés sur fonds propres par la municipalité, et 5% par l’Etat. La gestion du site reste une mission de la commune.

infos coronavirus