lundi 25 janvier 2021
A VOIR

|

Voeux à la presse : Edouard Fritch appelle les médias à la « nécessaire modération des commentaires » sur Facebook

Publié le

Le président Edouard Fritch a présenté ce mardi ses vœux aux médias. Aujourd'hui les personnalités doivent composer avec les réseaux sociaux lorsqu'elles s'expriment dans les médias. Edouard Fritch dit comprendre "que les gens critiquent, mais s'étonne des injures et menaces de mort". Il appelle les médias à modérer les commentaires sur Facebook.

Publié le 12/01/2021 à 16:14 - Mise à jour le 12/01/2021 à 16:15
Lecture 2 minutes

Le président Edouard Fritch a présenté ce mardi ses vœux aux médias. Aujourd'hui les personnalités doivent composer avec les réseaux sociaux lorsqu'elles s'expriment dans les médias. Edouard Fritch dit comprendre "que les gens critiquent, mais s'étonne des injures et menaces de mort". Il appelle les médias à modérer les commentaires sur Facebook.

« Les réseaux sociaux sont un formidable vecteur pour tous ces Polynésiens qui du jour au lendemain se sont sentis devenir des experts voire même pour certains des médecins en tout. La critique est aisée vous le savez, surtout lorsqu’on est devant son écran d’ordinateur et dissimulé par un pseudonyme, a lancé le président du Pays dans son allocution. Mais je suis aussi conscient qu’il est normal pour des hommes et des femmes politiques d’être remis en cause, d’être critiqués. C’est aussi une partie de notre métier que d’accepter. ce qui est moins normal c’est le flot d’insultes voire de menaces de mort qui s’est déversé au travers des réseaux sociaux. Rappelez-vous de ce qui a été dit lorsque notre députée Maina Sage a annoncé avoir été contaminée. Rappelez-vous également des menaces de mort contre le docteur Raynal qui ont fait l’objet d’une saisine du tribunal. ce sont des fait, naturellement, extrêmement graves, mais qui ne correspondent pas surtout, et c’est ce qui me rassure, à l’état d’esprit de la majorité des Polynésiens. »

Lire aussi : Un pompier condamné pour avoir menacé de mort Jacques Raynal

Edouard Fritch souligne que la plupart des commentaires injurieux sont faits sous les articles des médias. « Je voudrai quand même souligner le fait que la plus grande partie des propos injurieux ont été tenus dans les commentaires des articles que vous publiiez tous sur Facebook. J’en appelle donc à ce que la nécessaire modération des commentaires soit effectuée par vos soins et pas seulement pour ce qui concerne la covid. la peur de cette maladie sur laquelle nous n’avons pas fini d’apprendre a pu rendre les gens hargneux. Mais je constate qu’au fil du temps, avec de bonnes informations comme celles que vous relayez, nos compatriotes ont appris à vivre avec ce virus. Et dans leur grande majorité, à être plus sereins face à lui. »

Edouard Fritch ne cache pas qu’il demande et demandera encore à la population de « l’acceptation et du respect des restrictions imposées ». « Certains ont même parlé d’atteinte à la liberté des personnes (…) « Prendre des décisions comme nous l’avons fait avec le HC devient un exercice difficile, je dirai même à haut risque. »

Les voeux d’Edouard Fritch à la presse

infos coronavirus