A VOIR

|

Vifs échanges à l’Assemblée autour de la question de la CPS

Publié le

Les élus de l'Assemblée de la Polynésie française ont débattu jusqu'à 4 heures du matin lors de la 6e séance de le session budgétaire de l'année. Si le budget général a été voté, les tensions politiques se sont exprimées au grand jour entre les chefs de file des différents partis.

Publié le 09/12/2022 à 5:00 - Mise à jour le 09/12/2022 à 18:04
Lecture < 1 min.

Les élus de l'Assemblée de la Polynésie française ont débattu jusqu'à 4 heures du matin lors de la 6e séance de le session budgétaire de l'année. Si le budget général a été voté, les tensions politiques se sont exprimées au grand jour entre les chefs de file des différents partis.

Si le budget du Pays pour 2023 a été voté hier à l’Assemblée, autour de 19h, l’opposition s’est abstenue. Les débats de cette session budgétaire ont été particulièrement vifs en cours d’après-midi, lorsque Nicole Bouteau a lancé la question du financement du déficit de la CPS, et des 5 milliards annuels réclamés au gouvernement central par la sénatrice Lana Tetuanui, via un amendement au Palais du Luxembourg. 20 minutes d’invectives s’en sont suivi.

Le sénateur Teva Rohfritsch, non-inscrit, a directement interpelé son homologue : “Inscivez votre recette ! Ayez le courage de dire “je suis allé, j’ai gueulé, et j’ai gagné“.

L'”andouille” et le “minus”

Édouard Fritch, d’adressant à Teva Rohfritsch

Ce à quoi Édouard Fritch a ensuite répondu sans détours : “Je ne suis pas un voyou, M. Rohfritsch. […] Je suis triste de constater que les deux sénateurs que j’ai soutenus jusqu’au bout sont en train de se bouffer le bec au lieu de travailler pour la Polynésie”.

Fleuris, les mots du président ont fusé en direction du nouveau président de Ia Ora te Nuna’a, traité successivement d'”andouille” et de “minus“.

Un parfum de territoriales

Les propos ont scuscité un vent de réaction. Nicole Bouteau, présidente de Ia Here Porinetia, a vivement réagi : “Je n’ai jamais entendu dans cet hémicycle, des élus proférer des insultes telles que celles que nous venons d’entendre“. Nuihau Laurey lui a emboîté le pas : “Si je suis d’accord avec quelqu’un dans cette assemblée, est-ce que j’ai le droit de le traiter de minus et d’andouille?“.

Teva Rohfritsch a d’ailleurs interpelé Gaston Tong Sang, président de l’Assemblée, pour demander un rappel à l’ordre.

La séance s’est achevée à 4h du matin. Dernière séance, la 7e, mardi prochain. Au programme, la création d’une commission d’enquête sur la gestion de la crise sanitaire.