« On ne sait toujours pas où on va » : l’opposition fustige le remaniement du gouvernement

Publié le

Les élus de l'opposition n'ont pas manqué de commenter le premier remaniement du gouvernerment Brotherson, dévoilé ce matin à la présidence. Pas ou peu de changement, insistent-ils, là où le Pays en aurait besoin. "L'objectif d’un remaniement est de redonner du souffle à un gouvernement. Ce gouvernement en manque" , déplore le vice-président de A here ia Porinetia Nuihau Laurey.

Publié le 03/06/2024 à 15:26 - Mise à jour le 03/06/2024 à 15:56

Les élus de l'opposition n'ont pas manqué de commenter le premier remaniement du gouvernerment Brotherson, dévoilé ce matin à la présidence. Pas ou peu de changement, insistent-ils, là où le Pays en aurait besoin. "L'objectif d’un remaniement est de redonner du souffle à un gouvernement. Ce gouvernement en manque" , déplore le vice-président de A here ia Porinetia Nuihau Laurey.

Le remaniement ministériel – minime – du premier gouvernement Brotherson a pris des tournures de valse des portefeuilles, ce lundi. Seule la désormais ex-vice-présidente Éliane Tevahitua a été remplacée par Chantal Minarii Galenon, cette dernière conservant les portefeuilles des Solidarités, de la famille, de la condition féminine, des personnes non autonomes et des relations avec les institutions.

Changement notoire : l’ajout de nouveaux portefeuilles attribués au président du Pays lui-même, qui sera en charge du Tourisme, du Logement, des Transports aériens internationaux, de l’Égalité des territoires, de l’Aménagement, du Foncier, des Affaires internationales, de l’Économie numérique et des Conséquences des essais nucléaires.

Fragilisé par une réforme fiscale votée dans la confusion, le ministre de l’Économie Tevaiti Pomare n’a finalement pas bougé de son siège, que l’opposition pensait éjectable. « Je m’attendais à ce qu’il y ait un changement au niveau du ministère de l’Économie compte tenu de ce qu’il s’est passé. Je m’attendais à un changement au niveau du ministère de la santé, sans mettre en cause les personnes, mais on garde les mêmes et c’est un peu décevant » , soupire le vice-président de A Here Ia Porinetia Nuihau Laurey. Principal grief, déjà entendu dans la bouche des principales têtes de file de l’opposition, l’absence de « réforme majeure depuis un an » de mandature. « L’objectif d’un remaniement est de redonner du souffle à un gouvernement. Ce gouvernement en manque. C’est un choix qui est particulièrement mauvais à part si le président change complétement sa manière de faire, mais pour nous, ça a été une vraie déception ce matin » .

« Il y a de quoi être inquiets »

Tepuaraurii Teriitahi, représentante du groupe Tapura Huira’atira

Les dents grincent aussi du côté du Tapura huira’atira, où l’on s’inquiète de la charge de travail qu’auront désormais les ministres, en l’absence de feuille de route claire pour la suite du mandat. « Pas d’objectif nouveau, même pas d’objectifs tout court en notre sens puisque rien n’est fait pour atteindre les objectifs annoncés, assène Tepuaraurii Teriitahi, représentante du groupe Tapura Huira’atira. Il y a de quoi être inquiets pour l’avenir de notre pays. Finalement on ne sait toujours pas où on va et on garde une équipe qui n’a pas forcément fait ses preuves » , déplore-t-elle. Tous ces ingrédients ne nous présagent pas un avenir radieux » . 

Vannina Crolas et Tevaiti Ariipaea Pomare (Crédit Photo : TNTV)

Nul doute que les choix de Moetai Brotherson feront l’objet de discussions au sein du Conseil Politique du Tavini, ce mercredi, veille de la 5ème séance plénière de la session administrative qui promet d’être, elle aussi, animée.

Dernières news

Activer le son Couper le son