vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Dissuasion nucléaire : l’Assemblée nationale souligne la contribution involontaire de la Polynésie

Publié le

METROPOLE - L'Assemblée a donné jeudi son aval à une réforme du statut d'autonomie de la Polynésie française qui reconnaît la contribution apportée par ce territoire au développement de la capacité de dissuasion nucléaire française, en soulignant que cette contribution était involontaire.

Publié le 11/04/2019 à 8:10 - Mise à jour le 19/06/2019 à 8:34
Lecture 3 minutes

METROPOLE - L'Assemblée a donné jeudi son aval à une réforme du statut d'autonomie de la Polynésie française qui reconnaît la contribution apportée par ce territoire au développement de la capacité de dissuasion nucléaire française, en soulignant que cette contribution était involontaire.

En vidéo, l’interview du député Moetai Brotherson

Les députés ont ajouté une précision sémantique à ce projet de loi organique, déjà adopté par le Sénat, qui permet d’avancer “sur un chemin plus apaisé”, selon Maina Sage (UDI-Agir).
L’élue polynésienne a obtenu de souligner, dans l’article 1er, que la collectivité ultramarine avait été “mise à contribution” par la France dans “la construction de la capacité de dissuasion nucléaire et à la défense nationale”, actant ainsi “qu’en aucun cas (cette) contribution a été volontaire”.

La ministre des Outre-mer Annick Girardin n’était d’abord pas favorable à cette proposition, estimant que le texte induisait déjà que les 193 essais nucléaires effectués entre 1966 et 1996 sur les atolls de Mururoa et Fangataufa, relevaient d’un “choix de la France” et “pas d’une volonté des Polynésiens”.
Mais elle a finalement émis un avis de “sagesse” à l’égard de cet amendement après avoir écouté les arguments des oppositions, Philippe Gosselin (LR) plaidant pour trouver “les bons termes” et Frédérique Dumas (UDI-Agir) pointant “une ambiguïté”.

“J’ai voté contre (le texte) parce que c’est ma conviction politique mais j’ai voté pour cet amendement parce que j’estime qu’on le doit aux Polynésiens et aux générations futures”, a déclaré le député Moetai Brotherson, rattaché au groupe communiste à l’Assemblée et par ailleurs représentant du Tavini Huiraatira.

Pour Paul Molac (Libertés et territoires), c’est au contraire un “pas dans la bonne direction”. “L’autonomie se construit tous les jours, nous y apportons une petite pierre”, a estimé Maina Sage. L’ex-ministre des Outre-mer George Pau-Langevin (PS) a salué des “dispositions originales” qui résultent d’un “dialogue approfondi et confiant”.

En vidéo, l’interview de la députée Maina Sage

Outre la reconnaissance du fait nucléaire et de ses conséquences, notamment sanitaires, le texte prévoit de moderniser le statut de la Polynésie adopté en 2004 et déjà réformé à deux reprises en 2007 et 2011, et la législation applicable sur le territoire.
Il vise aussi à encourager la coopération entre les communes et la collectivité de la Polynésie française, notamment pour le recouvrement des impôts locaux.

Les députés ont voté aussi un second projet de loi, portant “diverses dispositions institutionnelles” en Polynésie. Les textes doivent maintenant faire l’objet d’une procédure de conciliation entre les deux Chambres.

En Polynésie où la première séance de la session administrative se déroulait ce jeudi, le président Edouard Fritch s’est dit heureux “que ce statut soit enfin voté par les deux assemblées. C’est vrai qu’il y a des aménagements qui ont été faits à l’Assemblée nationale. Bon, c’est de la littérature. Sur le fond, il est préservé. Cela nécessitera un petit retard pour la commission mixte paritaire et ensuite la deuxième lecture par les assemblées. Je dois reconnaître que dans cette affaire, le gouvernement et la majorité à l’Assemblée nationale nous ont bien soutenu.”
Sur la précision de contribution “involontaire” de la Polynésie, Edouard Fritch explique qu’il trouvait “positif le fait qu’on reconnaisse la contribution de la Polynésie française. Qu’elle soit volontaire ou involontaire, on peut ouvrir un débat qui va ouvrir quelques années sur le fait qu’on reconnaisse ou pas que l’assemblée ici de Polynésie française n’ai pas été droguée le jour où ils ont donné les autorisations. Moi j’ai beaucoup d’estime pour le président de l’assemblée, pour nos représentants. J’estime que lorsqu’ils prennent une décision, c’est en conscience et avec responsabilité. C’est toute la discussion sur l’acte volontaire ou non.” 

Dans l’opposition, Tony Géros estime que  “les seuls articles qui ont été retenus dans le cadre de cette modification statutaire, ce sont les articles défendus par l’Etat. Sur l’ensemble des articles proposés par le Pays, j’ai l’impression qu’une grande partie des propositions faites par le Pays sont passées à la trappe. Seules ont été retenues celles qui corroboraient les intentions de l’Etat d’effectuer des modifications à l’intérieur de ce statut. J’en veux pour preuve l’article 1er qui était une forte demande du Pays (…) L’écriture de cet article 1er est un non sens, est un mensonge parce que le peuple polynésien n’a jamais voulu contribuer à la mise en place des essais nucléaires en Polynésie (…)” Quant à la modification apportée : “On vient dire qu’on veut le repentir et on fait tout pour éviter qu’on aboutisse à cet objectif.” 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.