dimanche 26 septembre 2021
A VOIR

|

À Manihi, Emmanuel Macron s’engage pour la protection des atolls face au changement climatique

Publié le

Après les Marquises, c'est aux Tuamotu qu'Emmanuel Macron s'est rendu, plus précisément à Manihi. Une visite consacrée à la résilience et à la protection des atolls face au changement climatique.

Publié le 26/07/2021 à 15:57 - Mise à jour le 26/07/2021 à 15:58
Lecture 4 minutes

Après les Marquises, c'est aux Tuamotu qu'Emmanuel Macron s'est rendu, plus précisément à Manihi. Une visite consacrée à la résilience et à la protection des atolls face au changement climatique.

Pour accueillir le Président de la République à Manihi, pas de grand festival comme à Hiva Oa. Mais pour autant, les îles voisines n’ont pas hésité à envoyer leurs délégations et les 17 tavana ont fait le déplacement depuis les quatre coins de l’archipel. C’est en effet la première fois depuis le Président De Gaulle qu’un Chef de l’Etat français se rend aux Tuamotu.

De la visite de Macron, le maire de Manihi, John Drollet, attend notamment la prise de conscience de la vulnérabilité des atolls. “Nous sommes des îles avec une hauteur à pas plus de 5 mètres au-dessus de l’eau. Quand il y a des cyclones qui arrivent, le problème il est là. […] Beaucoup ici ont vécu les nombreux cyclones qui ont ravagé notre archipel. […] Nous sommes les premières victimes de ce dérèglement climatique planétaire. Nous ne voulons pas être les premiers climato-réfugiés français”, a insisté John Drollet.

D’où l’importance de la construction des abris de survie de certaines îles des Tuamotu. D’ici 2025, 17 abris seront construits ou étendus dans l’archipel, le résultat d’une convention signée entre Edouard Fritch et le ministre des Outre-mer, pour un montant de 6 milliards de Fcfp répartis à parité Etat-Pays.

Emmanuel Macron a d’ailleurs procédé à la pose de la première pierre de l’abri de survie de Manihi, premier abri s’inscrivant dans la convention. Le chantier devrait démarrer et 2022 pour une livraison en 2023. Le bâtiment s’étalera sur une superficie de 407m2, pourra abriter l’ensemble de la population de l’île et sera autonome en eau et en énergie sur une durée de 72h. Un groupe électrogène et 2 citernes d’eau d’une capacité de 40m3 assureront l’approvisionnement sur l’infrastructure.

Autre point fort prévu lors de ce déplacement : la visite de la centrale électrique hybride de 290 kilowatts de l’île, fonctionnant à la fois à l’énergie fossile et au photovoltaïque. Avec une couverture allant jusqu’à 60% des besoins énergétiques de Manihi, ce type de centrale offre une solution particulièrement adaptée aux besoins en énergie des atolls éloignés, qui bénéficient d’un temps ensoleillé tout au long de l’année. Mais emploi du temps de Président oblige, Emmanuel Macron n’aura finalement pas eu le temps de s’y rendre.

“La politique du Pays est de multiplier les centrales électriques dans les îles et d’augmenter le taux de pénétration”, a expliqué Yvonnick Raffin, ministre de l’Energie. “[Le soleil], c’est la première ressource non exploitée et que nous avons décidé d’exploiter finalement”.

Lors de son discours d’arrivée sur Manihi, Emmanuel Macron a reconnu qu’“ici même, c’est sans doute un des espaces les plus vulnérables à ces changements [climatiques]”, assurant que “la République tiendra sa promesse, celle de protéger”, et évoquant les 17 abris construits d’ici 2025 aux Tuamotu.

Concernant le projet d’installation d’autres centrales mixtes dans l’archipel, Emmanuel Macron a évoqué l’investissement de 120 millions de Fcfp, pris sur le portefeuille du ministère des Outre-mer.

Suivez la visite du Chef de l’Etat en direct dans notre liveblog ICI

Rédigé par

infos coronavirus