samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Tribunal administratif : Naura Nena et Mata Suhas inéligibles

Publié le

Naura Nena et Mata Suhas, toutes deux conseillères municipales, ont été déclarées inéligibles pour une durée de trois mois par le Tribunal administratif, ce mardi matin. En cause, le dépôt tardif de leurs comptes de campagne lors des élections municipales de 2020.

Publié le 16/03/2021 à 12:09 - Mise à jour le 16/03/2021 à 15:28
Lecture < 1 min.

Naura Nena et Mata Suhas, toutes deux conseillères municipales, ont été déclarées inéligibles pour une durée de trois mois par le Tribunal administratif, ce mardi matin. En cause, le dépôt tardif de leurs comptes de campagne lors des élections municipales de 2020.

La commission nationale des comptes de campagne et de financements politiques a saisi le tribunal administratif après avoir constaté le dépôt hors délais du compte de campagne de Naura Nena et de Mata Suhas, lors des élections municipales dans la commune de Taiarapu-Est l’an dernier. Il a été déclaré par ailleurs que les deux candidates n’avaient pas droit au remboursement forfaitaire de l’Etat.

Les comptes de campagne respectifs des deux conseillères municipales de Taiarapu-Est avaient été déposés en septembre 2020, deux mois donc après la date butoire.

Ce mardi matin, Naura Nena et Mata Suhas, respectivement 3ème et 6ème adjointes au maire, ont été déclarées inéligibles à tous mandats pour une durée de trois mois. Le tribunal administratif a aussi déclaré les conseillères municipales démissionnaires d’office.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.