lundi 25 octobre 2021
A VOIR

|

Des peines d’1 an à 3 ans de prison ferme pour 6 trafiquants d’ice

Publié le

Six prévenus étaient jugés jeudi en comparution immédiate pour trafic d'ice. Le jeune homme de 26 ans considéré à la tête de ce trafic 100% local n’est autre que le propriétaire des chiens qui avaient mortellement attaqué une vieille dame au terrain JT, à Pirae, en mai dernier.

Publié le 19/03/2021 à 10:04 - Mise à jour le 19/03/2021 à 10:15
Lecture < 1 min.

Six prévenus étaient jugés jeudi en comparution immédiate pour trafic d'ice. Le jeune homme de 26 ans considéré à la tête de ce trafic 100% local n’est autre que le propriétaire des chiens qui avaient mortellement attaqué une vieille dame au terrain JT, à Pirae, en mai dernier.

L’affaire porte sur 36 grammes d’ice. Pas question ici d’importation depuis les États-Unis, mais d’un trafic 100% local où l’ice est “made in” Tautira. Le confinement et la fermeture des frontières ont compliqué la tâche des trafiquants mais aussi fait grimper en flèche le cours du gramme de métamphétamine.

L’occasion rêvée pour le jeune homme de 26 ans à la tête de ce réseau de faire de juteux bénéfices. Impliqué dans le décès d’une matahiapo au terrain de JT en mai dernier, il a réussi à être libéré un mois plus tard et s’est aussitôt lancé dans le trafic avec 5 autres prévenus. Souvent des amis du quartier, mais tous consommateurs de paka et d’ice qui, peu à peu, se sont mis à dealer pour payer leur consommation.

Dans cette affaire, le jeune homme de 26 ans a reconnu avoir revendu 36 grammes en 6 mois pour un chiffre d’affaires de 11 millions de Fcfp. Le gramme d’ice, qui se vendait aux alentours de 120 000 Fcfp l’an dernier, atteint désormais les 350 000 Fcfp.

Le procureur a requis des peines de 1 an à 3 ans de prison ferme contre les 6 prévenus, assorties d’un maintien en détention.

Le juge a globalement suivi les réquisitions du procureur en prononçant des peines allant de 1 an à 3 ans de prison ferme. Tous sont maintenus en détention. Ils n’écopent pas d’amende, mais de la confiscation de tous les biens saisis, essentiellement des véhicules, des téléphones portables et de l’argent en numéraire.

Rédigé par

infos coronavirus