mardi 24 novembre 2020
A VOIR

|

Gaston flosse condamné pour avoir injurié un avocat

Publié le

Le président du Tahoera’a Gaston Flosse a été condamné, ce mardi, à une amende de 200 000 Fcfp pour injures publiques à l’encontre d’un avocat du barreau de Papeete. Il devra également lui verser 300 000 Fcfp de dommages et intérêts au titre du préjudice moral.

Publié le 17/11/2020 à 11:47 - Mise à jour le 17/11/2020 à 12:04
Lecture < 1 min.

Le président du Tahoera’a Gaston Flosse a été condamné, ce mardi, à une amende de 200 000 Fcfp pour injures publiques à l’encontre d’un avocat du barreau de Papeete. Il devra également lui verser 300 000 Fcfp de dommages et intérêts au titre du préjudice moral.

La scène avait été captée par les camera de TNTV. Au sortir d’une audience devant le juge électoral en mai dernier, où il contestait le refus de son inscription sur les listes à Papeete, Gaston Flosse s’en était verbalement pris à l’avocat de la commune, Me Dominique Bourion.  Sur le trottoir, devant quelques journalistes, il l’avait traité de « vaurien » et de « voyou ». Des propos relayés dans les médias et qui avaient débouché sur une plainte de la robe noire.

Gaston Flosse n’était pas présent ce matin au procès et n’était représenté par aucun avocat. Ce qu’a regretté la partie adverse. « Monsieur Flosse est allé trop loin, c’est évident. Vous devez rappeler les limites à ne pas franchir », a plaidé le conseil de Me Dominique Bourion, Me Etienne Chapoulie.

Au l’issue de l’audience, le plaignant s’est dit satisfait de la décision du tribunal : « Je me fais insulter dans l’exercice de mes fonctions parce que j’ai plaidais et que ça ne lui plaisait pas. Monsieur Flosse n’a pas à faire ce genre de chose. Il fallait, pour moi personnellement, mais aussi pour le métier d’avocat, pour notre profession, qu’on n’accepte pas d’être insultés comme ça après une plaidoirie. Je faisais juste mon métier.« 

Gaston Flosse dispose de 10 jours pour faire appel du jugement.  

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.