fbpx
lundi 20 janvier 2020
A VOIR

|

Crash d’Air Moorea : le jugement rendu en janvier 2020

Publié le

Après deux semaines et demi d’audience, le procès du crash d’Air Moorea s’est achevé ce mardi devant la cour d’appel. Derniers à prendre la parole, les avocats des prévenus ont réclamé la relaxe générale. Ils estiment que les causes de l’accident ne sont pas déterminées et que par conséquent, leurs clients ne peuvent être reconnus coupables d’homicides involontaires.

Publié le 26/11/2019 à 16:30 - Mise à jour le 28/11/2019 à 9:06
Lecture 2 minutes

Après deux semaines et demi d’audience, le procès du crash d’Air Moorea s’est achevé ce mardi devant la cour d’appel. Derniers à prendre la parole, les avocats des prévenus ont réclamé la relaxe générale. Ils estiment que les causes de l’accident ne sont pas déterminées et que par conséquent, leurs clients ne peuvent être reconnus coupables d’homicides involontaires.

“Une cause certaine, c’est une cause où il n’existe aucun doute. Or, ici, on en est loin”, tel a été le message martelé par les avocats de la défense pour ce dernier jour du procès.

Sans surprises, tous ont demandé la relaxe de leurs clients considérant qu’ils n’avaient commis aucune faute de nature à mettre en péril la vie du pilote et des 19 passagers. À l’opposé de ce que soutiennent le ministère public et la partie civile, eux estiment que le câble de gouverne n’a pu se rompre en vol, et que leurs clients n’ont ainsi pas de responsabilité dans le drame. “Il y a plusieurs éléments techniques, je l’ai plaidé hier, qui montrent que physiquement, matériellement, scientifiquement, ce câble n’a pas pu se casser en vol. (…) Même s’il y a eu des manquements qui ont causé l’usure du câble, ces manquements n’ont pas causé l’accident” explique Vonnick Le Guillou, avocate d’Air Moorea et de Freddy Chanseau.

Si la défense exclut la thèse du câble, c’est donc vers le pilote qu’elle se tourne. Elle évoque la possibilité d’un malaise ou d’une erreur de pilotage. Inacceptable pour Mickaël, le fils de Michel Santurenne, l’homme qui se trouvait aux commandes du Twin Otter : “Ils incriminent toujours le pilote, parce que c’est facile. Il n’est pas là pour se défendre aujourd’hui. Malheureusement, ils ne sont pas crédibles. Mon père était quelqu’un de très rigoureux, précis, professionnel. Ce dont ils manquent énormément aujourd’hui. Ils ne sont pas à même de nous dire ce qu’il s’est passé, mais par contre pour faire revoler leurs avions, ils ont été assez rapides (…) Je suis convaincu de la rupture du câble à cabrer. Il n’y a pas d’autre cause possible au crash de cet avion”.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La partie adverse pense, elle, qu’on ne saura jamais avec certitude les raisons qui ont conduit au drame du 9 août 2007. “Je sais que c’est très difficile pour les familles de ne pas connaître une cause, de ne pas savoir le détail, mais je pense que malheureusement, cela fait partie de ces accidents où à défaut d’avoir des boîtes noires complètes, c’est-à-dire pas seulement un enregistrement mais un enregistreur des données techniques du vol, on ne saura jamais exactement ce qu’il s’est passé” poursuit Me Le Guillou.

La cour d’appel s’est donnée le temps de la réflexion. Elle rendra sa décision le 23 janvier 2020. En première instance, la quasi-totalité des prévenus avaient été reconnus coupable d’homicides involontaires.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

L’inlassable hausse des cotisations sociales

Les nouvelles hausses des cotisations sociales sont effectives depuis le 1er janvier. Adoptées en conseil des ministres le 13 décembre, elles visent la tranche A de la retraite et l’assurance maladie. Des augmentations "nécessaires", juge le gouvernement, malgré les réticences des partenaires sociaux.

Le prix de la vanille ne cesse d’augmenter

Depuis quelques années, le prix du kilo de la vanille mûre ne cesse d’augmenter. Cette année, il s’est monnayé jusqu’à 15 000 Fcfp. Un prix qui s’explique notamment par une faible production et ce malgré les plans de relance du Pays.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X