mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Crash d’Air Moorea : le jugement rendu en janvier 2020

Publié le

Après deux semaines et demi d’audience, le procès du crash d’Air Moorea s’est achevé ce mardi devant la cour d’appel. Derniers à prendre la parole, les avocats des prévenus ont réclamé la relaxe générale. Ils estiment que les causes de l’accident ne sont pas déterminées et que par conséquent, leurs clients ne peuvent être reconnus coupables d’homicides involontaires.

Publié le 26/11/2019 à 16:30 - Mise à jour le 28/11/2019 à 9:06
Lecture 2 minutes

Après deux semaines et demi d’audience, le procès du crash d’Air Moorea s’est achevé ce mardi devant la cour d’appel. Derniers à prendre la parole, les avocats des prévenus ont réclamé la relaxe générale. Ils estiment que les causes de l’accident ne sont pas déterminées et que par conséquent, leurs clients ne peuvent être reconnus coupables d’homicides involontaires.

« Une cause certaine, c’est une cause où il n’existe aucun doute. Or, ici, on en est loin », tel a été le message martelé par les avocats de la défense pour ce dernier jour du procès.

Sans surprises, tous ont demandé la relaxe de leurs clients considérant qu’ils n’avaient commis aucune faute de nature à mettre en péril la vie du pilote et des 19 passagers. À l’opposé de ce que soutiennent le ministère public et la partie civile, eux estiment que le câble de gouverne n’a pu se rompre en vol, et que leurs clients n’ont ainsi pas de responsabilité dans le drame. « Il y a plusieurs éléments techniques, je l’ai plaidé hier, qui montrent que physiquement, matériellement, scientifiquement, ce câble n’a pas pu se casser en vol. (…) Même s’il y a eu des manquements qui ont causé l’usure du câble, ces manquements n’ont pas causé l’accident » explique Vonnick Le Guillou, avocate d’Air Moorea et de Freddy Chanseau.

Si la défense exclut la thèse du câble, c’est donc vers le pilote qu’elle se tourne. Elle évoque la possibilité d’un malaise ou d’une erreur de pilotage. Inacceptable pour Mickaël, le fils de Michel Santurenne, l’homme qui se trouvait aux commandes du Twin Otter : « Ils incriminent toujours le pilote, parce que c’est facile. Il n’est pas là pour se défendre aujourd’hui. Malheureusement, ils ne sont pas crédibles. Mon père était quelqu’un de très rigoureux, précis, professionnel. Ce dont ils manquent énormément aujourd’hui. Ils ne sont pas à même de nous dire ce qu’il s’est passé, mais par contre pour faire revoler leurs avions, ils ont été assez rapides (…) Je suis convaincu de la rupture du câble à cabrer. Il n’y a pas d’autre cause possible au crash de cet avion ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La partie adverse pense, elle, qu’on ne saura jamais avec certitude les raisons qui ont conduit au drame du 9 août 2007. « Je sais que c’est très difficile pour les familles de ne pas connaître une cause, de ne pas savoir le détail, mais je pense que malheureusement, cela fait partie de ces accidents où à défaut d’avoir des boîtes noires complètes, c’est-à-dire pas seulement un enregistrement mais un enregistreur des données techniques du vol, on ne saura jamais exactement ce qu’il s’est passé » poursuit Me Le Guillou.

La cour d’appel s’est donnée le temps de la réflexion. Elle rendra sa décision le 23 janvier 2020. En première instance, la quasi-totalité des prévenus avaient été reconnus coupable d’homicides involontaires.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coronavirus : la Première ministre néo-zélandaise ordonne le reconfinement...

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a ordonné mardi le reconfinement de la plus grande ville de son pays, Auckland, après l'apparition pour la première fois depuis 102 jours de cas de coronavirus transmis localement.

Diabète : faites vous dépister les 22 et 23...

L'association des diabétiques et obèses de Polynésie (ADOPF) organise un dépistage gratuit à Carrefour Punaauia les :Samedi 22 août de 7h00 à...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV