lundi 1 mars 2021
A VOIR

|

« C’est impardonnable » : un condamné pour agression sexuelle témoigne

Publié le

Un homme de 28 ans a été condamné ce mardi matin à deux ans de prison avec sursis pour s’être introduit au domicile d’une famille de la Presqu’île, puis avoir agressé sexuellement une mineure qui se trouvait sur place. Une peine qu’il se dit prêt à porter. Nous lui avons donné la parole.

Publié le 15/10/2019 à 19:33 - Mise à jour le 17/10/2019 à 9:26
Lecture < 1 min.

Un homme de 28 ans a été condamné ce mardi matin à deux ans de prison avec sursis pour s’être introduit au domicile d’une famille de la Presqu’île, puis avoir agressé sexuellement une mineure qui se trouvait sur place. Une peine qu’il se dit prêt à porter. Nous lui avons donné la parole.

Dans la nuit du 15 avril 2017 à la Presqu’île, cet homme s’en est pris à une adolescente de 13 ans en plein sommeil. Après s’être introduit ivre dans un domicile dont la porte était ouverte, il s’est glissé dans le lit de sa victime puis lui avait caressé les cuisses et l’avait embrassé dans le cou. 

C’est le réveil paniqué de la jeune fille, qui a provoqué sa fuite. De courte durée car les gendarmes l’ont rapidement interpellé.

Lors de son procès ce matin, le vingtenaire a reconnu la totalité des faits. Il a même avoué à la barre que c’est la deuxième fois qu’il agissait de la sorte. Et il se dit conscient du mal fait. « Je sais que la fille doit être traumatisée à cause de moi. Cela me fait mal, c’est impardonnable. Je tiens à réparer tout ça et à aller de l’avant » confie-t-il.

Outre la prison avec sursis, l’homme devra verser 200 000 Fcfp de dommages et intérêts à sa jeune victime. Il a également interdiction d’être au contact de mineurs et devra suivre des soins psychologiques. Une bonne chose selon lui : « J’ai un problème avec moi-même et parfois je sais pas ce que je fais, je fais des trucs sans réfléchir. (…) C’est fini les bêtises, l’alcool… Je vais arrêter sinon cela me mènera à rien ».

L’homme, qui n’a pas de tendance pédophile selon les psychiatres, était jusqu’à aujourd’hui inconnu de la justice. Son nom figurera désormais au fichier national des auteurs d’infractions sexuelles.

infos coronavirus