mercredi 25 novembre 2020
A VOIR

|

Assises : 12 ans de prison pour le père incestueux

Publié le

Le premier procès de la nouvelle session de la cour d’assises s’est achevé. Un père de famille jugé pour des viols sur ses deux filles, d’une dizaine d’années a écopé de 12 ans de prison. Son avocate espère que cette peine lui permettra de faire un travail sur lui-même.

Publié le 02/09/2020 à 17:18 - Mise à jour le 03/09/2020 à 8:31
Lecture 2 minutes

Le premier procès de la nouvelle session de la cour d’assises s’est achevé. Un père de famille jugé pour des viols sur ses deux filles, d’une dizaine d’années a écopé de 12 ans de prison. Son avocate espère que cette peine lui permettra de faire un travail sur lui-même.

Au deuxième et dernier jour de son procès, l’accusé ne fend pas l’armure. Incapable de mettre des mots sur les agressions qu’il a fait subir à deux de ses filles, de 7 et 10 ans. Et quand il y parvient, c’est son propre sort qu’il évoque indirectement : « Je sais que de leur côté, elles souffrent. Comme moi aussi et ma femme », ne peut il s’empêcher de dire.

Une souffrance qui, pour les fillettes, est bien plus vive et qui perdure et perdurera, comme lui a fait remarquer l’avocate des petites. D’autant plus que leur mère, qui assure les soutenir, n’entend pas rompre avec celui qui est aussi leur agresseur.

« L’inceste paternel est un traumatisme profond, durable. Ce ne sont déjà plus les mêmes enfants« , lance l’avocate générale dans ses réquisitions. Puis elle réclame 12 ans de prison contre le père de famille.

La peine, peu importe. Il l’assumera assure son avocate Me Karina Chouini. Pour elle, l’homme a réellement pris conscience de la gravité de ses actes et mettra à profit sa période de détention pour travailler sur lui-même : « Nous avons entendu durant ces deux jours d’audience, grâce à la psychologue qui est venue déposer à la barre et qui nous a dit qu’il avait un problème effectivement mais que c’était tout à fait curable dans le sens où, en suivant de soins, en discutant, en faisant partie de groupes de parole, il pourrait se réadapter à la société et en quelques sortes guérir de ce qui était pour lui plus fort que lui : ses pulsions sexuelles et son addiction sexuelle. »

Les jurés ont finalement suivi les réquisitions de l’avocate générale. Le père incestueux a été condamné à 12 ans de prison. Il a été conduit à Tatutu dès le jugement rendu.

La session de la cour d’assises se poursuit demain jeudi. Un homme sera jugé pour avoir porté des coups mortels à son frère.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.