lundi 26 octobre 2020
A VOIR

|

Victime de l’ex entraîneur d’Aorai, il est aujourd’hui accusé de viol sur mineure

Publié le

JUSTICE – Un homme de 38 ans a été placé en détention provisoire, ce vendredi matin, après avoir été mis en examen pour viol sur mineure. Le mis en cause doit en outre être jugé prochainement aux assises pour des agressions commises sur deux jeunes proches. Le trentenaire avait été abusé dans son enfance par l’ex entraîneur de boxe d’Aorai, condamné l’an dernier à 20 ans de prison.

Publié le 24/05/2019 à 13:20 - Mise à jour le 20/06/2019 à 13:43
Lecture < 1 min.

JUSTICE – Un homme de 38 ans a été placé en détention provisoire, ce vendredi matin, après avoir été mis en examen pour viol sur mineure. Le mis en cause doit en outre être jugé prochainement aux assises pour des agressions commises sur deux jeunes proches. Le trentenaire avait été abusé dans son enfance par l’ex entraîneur de boxe d’Aorai, condamné l’an dernier à 20 ans de prison.

Au cours de sa garde à vue, cet homme a reconnu s’en être pris à la petite fille qui l’accusait. Mais il a également avoué deux autres agressions, courant 2013 et 2014, sur deux enfants qui n’ont pas encore été formellement identifiés par les enquêteurs.

Mais le trentenaire était déjà impliqué dans un premier dossier de viols sur mineures. Une affaire pour laquelle il doit comparaître dans les prochains mois devant la cour d’assises de Papeete.

En garde à vue, l’intéressé a expliqué être habité par ses « pulsions » liées selon lui à des agressions subies lorsqu’il était enfant.

Il est en effet l’une des premières victimes de l’ex-entraîneur de boxe du club de Aorai. En septembre 2018, ce dernier avait été condamné à 20 ans de prison pour le viol de quatre mineurs.

« Mon erreur c’est d’avoir gardé cette pulsion en moi. Si je m’étais vidé, peut être que j’aurais guéri plus vite », a-t-il dit ce vendredi au juge des libertés et de la détention juste avant d’être conduit à Nuutania. L’enquête va se poursuivre.

REPORTAGEJ-B. C. 

infos coronavirus

La pollution atmosphérique pourrait augmenter la mortalité par Covid-19 de 15%

Une exposition à long terme à la pollution de l'air ambiant pourrait entraîner un risque accru de mourir du Covid-19, d'environ 15% en moyenne dans le monde, selon une étude internationale publiée mardi.

Covid-19 : Les communes des îles du Vent, relais de lutte face à l’épidémie

Ce matin, à la présidence, les représentants communaux étaient conviés à participer à un séminaire d’information. Les échanges ont porté sur le contexte sanitaire actuel et les outils disponibles pour les élus.