vendredi 23 avril 2021
A VOIR

|

Un prévenu sort une paire de ciseaux en pleine audience

Publié le

Publié le 11/04/2016 à 14:06 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:53
Lecture 2 minutes

Ce mardi, Adelino Dias Nogueira, trafiquant condamné dans l’affaire de la Mexican connection, comparaissait pour avoir tenté de s’évader en janvier 2015. Il se défendait « seul », son avocat n’ayant pas été avisé de l’audience. Il y a eu un retard de désignation selon lui.
« On lui reproche une tentative d’évasion parce qu’il a été appréhendé sur le toit de l’établissement pénitentiaire de Nuutania. Lui indique qu’il n’a jamais souhaité s’évader, qu’il n’aurait de toute façon pas pu s’évader, qu’il n’y avait aucune possibilité de s’enfuir ensuite. D’ailleurs, l’instruction a démontré qu’il n’y avait aucune complicité extérieure », explique Me Maillet.

Adelino Dias Nogueira déclare avoir simplement voulu « dénoncer ses conditions de détention, alerter l’opinion publique, alerter la presse en commettant un acte qui permettait de faire parler de lui ». « C’est vrai qu’il s’est retrouvé dans une cellule avec un détenu suicidaire qui pouvait devenir dangereux vis-à-vis de lui ou des autres co-détenus. Personne n’a voulu prendre compte de cette situation et donc il est passé à cet acte », explique l’avocat. 

Adelino est apparu affaibli ce mardi au tribunal. A l’isolement depuis 1 an, Adelino a entamé une grève de la faim depuis 3 mois. 
En pleine audience, comme pour affirmer un peu plus ses convictions, le prévenu a sorti une paire de ciseaux. L’objet lui a aussitôt été retiré par les gendarmes. « La question c’est de savoir comment il a pu se le procurer. Par contre ça illustre, ça permet de démontrer qu’effectivement, le détenu dont il parle et qui mettait ses jours en danger selon lui, peut avoir introduit des ciseaux, et peut l’avoir mis en danger avec ces ciseaux », a estimé Me Maillet. 

Rédaction Web (Interviews : Esther Parau Cordette / Tauhiti Tauniua Mu San)

Me Maillet

infos coronavirus