samedi 19 octobre 2019
A VOIR

|

Sept ans après la disparition de la famille Petit, le mystère demeure

Publié le

Publié le 12/10/2017 à 12:05 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Avec cet appel à témoins, la gendarmerie braque de nouveau les projecteurs sur un dossier qui demeure jusqu’à aujourd’hui une énigme de l’histoire judiciaire polynésienne.

Celle de la famille Petit, arrivée en Polynésie par bateau courant 2007. Après quelques mois au fenua, le couple que forment Dominique et Vanessa commence à battre de l’aile. La jeune femme décide finalement de quitter son conjoint.

Ce que Dominique Petit vit très mal. S’ensuit un bras de fer judiciaire pour la garde des enfants, Gaëlle et Arthur, âgés de 3 et 2 ans à l’époque.

Le 2 juin 2010, Vanessa obtient de la justice la garde alternée à laquelle le père des enfants s’oppose. Le 4, elle se rend à la marina Taina où elle est censée les récupérer.

Mais elle ne trouve sur place qu’une lettre et ces quelques mots glaçants : « c’est tout ce qu’il te reste. Pleure ».

Le voilier de Dominique, le « Honu », n’est plus à quai. La veille, l’homme a fait le plein du réservoir.

Quelques jours plus tard, des pêcheurs de Moorea se manifestent. Ils disent avoir vu sombrer le navire entre Tahiti et l’île sœur. Un canot de sauvetage encore dans sa coque appartenant au Honu est également retrouvé.

Depuis…..pas grand-chose. L’affaire, qui n’est pas sans rappeler celle du « docteur Godard »,  fait toujours l’objet d’une instruction au palais de justice de Papeete mais les enquêteurs ne disposent que de peu d’éléments.

« Masquer l’enlèvement des enfants »

La justice a envisagé, ces dernières années, de faire sonder les fonds entre Tahiti et Moorea pour tenter de localiser l’épave du voilier.
 
Mais l’opération représentait un coût financier considérable, de surcroît sans certitude de résultat compte tenu de la superficie et de la profondeur de la zone de recherche.

Le sabotage volontaire du navire par le père de famille après qu’il ait supprimé ses deux enfants demeure donc une hypothèse invérifiable.

Reste la piste de la mise en scène fomentée par Dominique Petit pour fuir avec ses enfants sans laisser de trace. Une thèse également envisagée par la justice et privilégiée par les proches des deux enfants.

Des investigations conduites par un juge d’instruction ont été menées ces dernières années dans divers pays mais sans résultat.

En métropole, les proches de Gaëlle et Arthur ont également fait appel à une agence de détectives privés pour tenter d’obtenir des réponses.  

En juin de cette année, ladite agence affirmait sur son site internet que « les nombreuses investigations réalisées récemment » permettaient « de déterminer que le naufrage n’est qu’une mise en scène visant à masquer l’enlèvement des enfants ».

Avec cet appel à témoins, la gendarmerie veut faire bouger les lignes, obtenir, 7 ans après, de nouvelles informations qui pourraient faire avancer l’enquête.

Car depuis ce triste jour du 4 mai 2010, personne ne sait ce que sont devenus Dominique, Gaëlle et Arthur Petit.
 

J-B. C.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

Kassav’ au fenua pour son 40ème anniversaire

C'est la deuxième fois que Kassav' vient au fenua, et cette fois, c'est pour son 40ème anniversaire ! Ils joueront ce soir à To'ata. Jacob Desvarieux, le chanteur du groupe de zouk, était notre invité :

Surf : le Français Jérémy Flores qualifié pour les...

https://www.facebook.com/FFsurf/videos/2504543452957295/ L'aventure s'est terminée pour notre Spartan Michel Bourez et le Français Jérémy Flores, compagnon de la Tahitienne...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X