lundi 8 mars 2021
A VOIR

|

Sept ans après la disparition de la famille Petit, le mystère demeure

Publié le

Publié le 12/10/2017 à 12:05 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:19
Lecture 2 minutes

Avec cet appel à témoins, la gendarmerie braque de nouveau les projecteurs sur un dossier qui demeure jusqu’à aujourd’hui une énigme de l’histoire judiciaire polynésienne.

Celle de la famille Petit, arrivée en Polynésie par bateau courant 2007. Après quelques mois au fenua, le couple que forment Dominique et Vanessa commence à battre de l’aile. La jeune femme décide finalement de quitter son conjoint.

Ce que Dominique Petit vit très mal. S’ensuit un bras de fer judiciaire pour la garde des enfants, Gaëlle et Arthur, âgés de 3 et 2 ans à l’époque.

Le 2 juin 2010, Vanessa obtient de la justice la garde alternée à laquelle le père des enfants s’oppose. Le 4, elle se rend à la marina Taina où elle est censée les récupérer.

Mais elle ne trouve sur place qu’une lettre et ces quelques mots glaçants : « c’est tout ce qu’il te reste. Pleure ».

Le voilier de Dominique, le « Honu », n’est plus à quai. La veille, l’homme a fait le plein du réservoir.

Quelques jours plus tard, des pêcheurs de Moorea se manifestent. Ils disent avoir vu sombrer le navire entre Tahiti et l’île sœur. Un canot de sauvetage encore dans sa coque appartenant au Honu est également retrouvé.

Depuis…..pas grand-chose. L’affaire, qui n’est pas sans rappeler celle du « docteur Godard »,  fait toujours l’objet d’une instruction au palais de justice de Papeete mais les enquêteurs ne disposent que de peu d’éléments.

« Masquer l’enlèvement des enfants »

La justice a envisagé, ces dernières années, de faire sonder les fonds entre Tahiti et Moorea pour tenter de localiser l’épave du voilier.
 
Mais l’opération représentait un coût financier considérable, de surcroît sans certitude de résultat compte tenu de la superficie et de la profondeur de la zone de recherche.

Le sabotage volontaire du navire par le père de famille après qu’il ait supprimé ses deux enfants demeure donc une hypothèse invérifiable.

Reste la piste de la mise en scène fomentée par Dominique Petit pour fuir avec ses enfants sans laisser de trace. Une thèse également envisagée par la justice et privilégiée par les proches des deux enfants.

Des investigations conduites par un juge d’instruction ont été menées ces dernières années dans divers pays mais sans résultat.

En métropole, les proches de Gaëlle et Arthur ont également fait appel à une agence de détectives privés pour tenter d’obtenir des réponses.  

En juin de cette année, ladite agence affirmait sur son site internet que « les nombreuses investigations réalisées récemment » permettaient « de déterminer que le naufrage n’est qu’une mise en scène visant à masquer l’enlèvement des enfants ».

Avec cet appel à témoins, la gendarmerie veut faire bouger les lignes, obtenir, 7 ans après, de nouvelles informations qui pourraient faire avancer l’enquête.

Car depuis ce triste jour du 4 mai 2010, personne ne sait ce que sont devenus Dominique, Gaëlle et Arthur Petit.
 

J-B. C.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

infos coronavirus

Premiers cas de covid en Nouvelle-Calédonie

Jusqu'à présent, la Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna figuraient au rang des rares territoires Covid-free de la planète, grâce notamment à des quatorzaines obligatoires dans des...

Premier cas local de Covid-19 à Wallis et Futuna

"Il s'agit d'une personne qui était sortie de quatorzaine il y a plusieurs semaines après un test négatif. Cette personne a consulté...