dimanche 15 septembre 2019
A VOIR

|

Prison avec sursis requise pour l’homme qui accusait des policiers de la DSP de violences

Publié le

Publié le 02/05/2018 à 10:58 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:17
Lecture 2 minutes

En juillet 2016, le prévenu avait fait du bruit sur les réseaux sociaux après une vive altercation avec une patrouille de la DSP.

Ce commerçant s’était brièvement garé aux abords du marché de Papeete pour livrer de la marchandise. Mais les policiers lui avaient demandé de quitter les lieux car il n’était pas autorisé à stationner sur la zone.

Ensuite, les versions divergent. Le commerçant assure avoir été « titillé » par le chef d’équipe, un brigadier-chef, avant que celui-ci ne menace de le frapper. En face, ce sont les policiers qui disent avoir été outragés et menacés par l’homme qui refusait d’obtempérer.

Peu après, le choses ont dégénéré. Refusant d’être embarqué, le commerçant s’est agrippé à la grille du marché. Les policiers ont donc usé de la force pour le faire obéir.

Il en a résulté 5 jours d’incapacité temporaire de travail pour le prévenu en raison de douleurs et d’ecchymoses au cou, liées à l’intervention musclée.

« J’ai essayé de m’expliquer mais il faisait la sourde oreille. Il m’a attrapé par derrière en m’étranglant. Après j’ai pratiquement perdu connaissance », a assuré le commerçant qui s’est dit victime de « racisme ».

Sauf que ses propos ne sont pas corroborés par trois témoins qui se trouvaient sur place. Selon eux, c’est l’individu qui s’est emporté en lançant des noms d’oiseau aux représentants des forces de l’ordre et en menaçant de « leur casser la gueule ».

« Ce ne sont pas mes mots. Ces témoignages, c’est du n’importe quoi », a retorqué l’homme.

Reste que pour le représentant du parquet général, les faits d’outrage, de rébellion et de menaces sont bel et bien avérés, l’homme ayant refusé de se plier aux injonctions des policiers. Le magistrat a néanmoins réclamé une peine moindre que celle prononcée en première instance, soit 3 mois de prison avec sursis et 50 000 francs d’amende.

L’avocat du commerçant, de son côté, a sollicité la relaxe de son client mais aussi 500 000 francs de dommages et intérêts pour les violences qu’il dit avoir subies.

La cour d’appel rendra sa décision au mois de juillet prochain.

J-B. C. 

 

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Puunui : trop de maisons, pas assez d’eau

Sur les hauteurs de Puunui, la pression de l’eau ne cesse de diminuer. En plus de la sécheresse, depuis 18 ans, le nombre d’habitations implantées sur ce domaine agricole, a explosé.

Un dernier hommage au brigadier Loïc Ly Sao

Vive émotion ce matin au commissariat de Papeete. L’ensemble du personnel de la DSP s’est réuni pour un dernier au-revoir à Loïc Ly Sao, leur collègue décédé dans un accident de VTT, dimanche dernier au Pic Vert.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV