samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Métropole : un Tahitien meurt en prison

Publié le

Publié le 27/01/2015 à 15:59 - Mise à jour le 29/06/2019 à 9:17
Lecture 2 minutes

Tutehau Bea, âgé de 59 ans, était incarcéré à la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré, une ville du sud-ouest de la métropole. Atteint d’un cancer, il est décédé le 28 octobre 2014 à l’unité hospitalière sécurisée (UHSI) de Bordeaux. Selon l’article, il n’avait pas voulu demander une suspension de peine médicale, si bien que l’administration pénitentiaire et les soignants l’ont laissé mourir en prison.

D’origine tahitienne, il purgeait sa peine en métropole comme beaucoup d’ultra-marins condamnés à une très longue peine, souvent contraints de l’exécuter dans l’hexagone, les établissements pour peine de l’Outre-mer, à l’image de Nuutania, étant pour la plupart surpeuplés.

Tutehau Bea ne recevait aucune visite ni courrier. Aucun lien familial ne lui était connu, ni aucun contact avec l’extérieur. Seul, monsieur Bea n’avait pas essayé d’obtenir une suspension de peine pour raison médicale, dispositif permettant aux détenus dont le pronostic vital est engagé de finir leurs jours en liberté.
Atteint d’un cancer en phase terminale, il avait rédigé « des directives anticipées » afin de « mourir à proximité de ses camarades en détention et de ses objets personnels ». Sa famille, c’était eux. « Il a souhaité leur dire adieu et distribuer ses objets personnels à ses amis codétenus », selon l’Agence régionale de santé dont les propos ont été rapportés par l’OIP. Sa volonté de mourir auprès de ses codétenus n’a néanmoins pas été respectée.
 
Suite à une aggravation soudaine de son état de santé, Tutehau Bea a été hospitalisé en urgence le samedi 25 octobre dans une unité hospitalière sécurisée (UHSI). Il y était régulièrement suivi et venait d’y être hospitalisé une dernière fois entre le 20 juin et le 20 octobre. Il avait à ce moment émis le souhait de retourner dans sa cellule de l’île de Ré, pour « prendre l’air », disait-il à l’équipe médicale. Une nouvelle hospitalisation en soins palliatifs avait alors été planifiée pour début novembre.
 
En détention, sa maladie était connue de tous… ou presque. Un codétenu le décrivait dans un courrier comme « morbide », ayant des « difficultés pour marcher seul et pour manger ». « Il respir[ait] la mort », confiait-il. C’est ce même détenu qui a alerté son avocat quand Tutehau Bea a passé toute la journée du 23 octobre sans bouger une seule fois de son lit. Ses codétenus ont alors pu bénéficier d’un « dispositif dérogatoire » de « visites organisées » dans sa cellule afin de le veiller jusqu’à son départ à l’UHSI. Ils avaient auparavant menacé de bloquer la cour de promenade, face à sa situation alarmante.
 
L’unité sanitaire n’a jamais établi par certificat que le pronostic vital de monsieur Bea était engagé, ni jugé nécessaire d’alerter les autorités judiciaires. C’est donc avec surprise que la juge de l’application des peines de la Rochelle a appris son décès, quand l’OIP l’a saisie. Elle a alors trouvé « curieux » que « personne n’ait attiré [son] attention sur [sa] situation », côté médical ou pénitentiaire.
Tutehau Bea avait demandé à être incinéré et que ses cendres soient dispersées dans les îles du Pacifique. Impossible néanmoins de savoir si cette dernière volonté du détenu a été mise œuvre. Selon l’Agence Régionale de Santé, la responsabilité en revenait à l’UHSI. Laquelle estime n’avoir « pas d’obligation concernant la dispersion des cendres de M. Bea » et renvoie la question à l’administration pénitentiaire.

Source : www.oip.org

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Fortes houles : vigilance jaune sur une partie des...

Météo-France Polynésie a placé en vigilance jaune pour fortes houles les zones : Tuamotu Sud, Tuamotu Est, Tuamotu Centre Sud, Tuamotu Ouest et Gambier. Cette forte houle provoquera une élévation importante du niveau de la mer dans les lagons exposés et de forts courants aux abords des passes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV