vendredi 23 août 2019
A VOIR

|

Les agresseurs de Papi Ley devant le tribunal

Publié le

Publié le 23/05/2016 à 15:00 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:53
Lecture 2 minutes

Dans la nuit du 13 juin 2012, 5 jeunes ont décidé de cambrioler le domicile de Paul Ley, 74 ans, vivant seul à Arue. Ils sont entrés chez lui par une fenêtre, ont commencé à fouiller la maison et se sont retrouvés nez à nez avec le vieil homme. Les voleurs ont alors roué de coups Papi Ley avant de recommencer à fouiller son domicile. Deux voleurs, des mineurs, ont décidé de recommencer à frapper le vieillard pour qu’il leur dise où il cachait son argent. Papi Ley ne donnant pas de réponse cohérente, les jeunes l’ont une nouvelle fois roué de coups et ont étouffé ses gémissements avec un matelas. 

Finalement, les jeunes se sont enfuis laissant Papi Ley agoniser. Leur butin s’élève à 12 400 Fcfp et deux bijoux. 
L’un des voleurs, déjà condamné 6 fois,  a ensuite pris une barre de fer pour forcer la porte du restaurant Wasabi qui se trouve de l’autre côté de la palissade de Paul Ley. Sans succès, car le gérant du restaurant a entendu les coups de barre à mine sur la porte et s’est précipité à la cuisine, mettant en fuite les voleurs. 
 
Papi Ley a été retrouvé plus tard chez lui, blessé, mais vivant. Le vieil homme est finalement décédé 8 mois plus tard le 12 février 2013, jour de la reconstitution du vol.  
Les deux mineurs ont été condamnés par le tribunal pour enfants à 2 ans et 6 ans de prison ferme, leurs coups ayant provoqué le décès du vieillard selon les expertises. 
 
Les trois majeurs comparaissaient ce mardi devant le tribunal de Papeete. “Dans quel état est la famille ? Au-delà de la tristesse liée au décès du père, ils sont un peu révoltés. Pourquoi ? Parce qu’aujourdhui l’attitude des agresseurs c’est de dire : “on est que voleurs pas agresseurs”. Quelque part, ils cherchent à fuit leurs responsabilités”, estime l’avocat de la famille de Papi Ley, Me Arcus Usang.

“Les 3 majeurs qui sont convoqués aujourd’hui, la particularité c’est qu’ils n’ont donné aucun coup à cette personne âgée. Les coups ont été donnés par deux mineurs qui ont déjà été condamnés à 6 ans et 4 ans ferme. Donc toute la question qui se pose ces deux jours c’est de savoir quelle peine sera adaptée à ces trois majeurs qui ont effectivement participé au vol, qui étaient présents au moment où les violences ont eu lieu, mais qui n’ont pas participé ni encouragé ces violences”, explique Me Vincent Dubois, avocat d’un des prévenus. Les 3 majeurs risquent jusqu’à 30 ans de prison pour violences ayant entraîné la mort. “Je pense que les jurés sauront faire la différence entre les mineurs qui ont effectivement donné les coups et qui ont été condamnés à des peines de 4 ans et 6 ans ferme. Et je ne peux pas imaginer d’avoir des sanctions plus lourdes pour les majeurs alors qu’ils n’ont pas donné de coups sous prétexte qu’ils sont majeurs”, déclare l’avocat. Le verdict sera connu mercredi. 
 

Rédaction Web avec Sam Teinaore

Me Arcus Usang, avocat de la famille de Papi Ley

Me Vincent Dubois, avocat d’un des prévenus

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Économie : l’embellie se confirme en Polynésie

Au volet économie, la reprise de l’activité se confirme ! L’IEOM, l’AFD et l’ISPF ont présenté mercredi les comptes économiques rapides 2018 de la Polynésie. Ils révèlent un Produit intérieur brut en progression de 2,5 %. Les principaux moteurs de cette croissance sont la consommation des ménages, les exportations et les investissements. Les détails dans ce dossier :

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER