vendredi 5 juin 2020
A VOIR

|

« J’ai peur qu’il me tue un jour »

Publié le

Publié le 23/11/2016 à 16:56 - Mise à jour le 27/06/2019 à 10:30
Lecture 2 minutes

Depuis sa rencontre avec son compagnon, il y a deux ans et demi, son quotidien est fait de coups. Au point que dans ce court laps de temps, la jeune femme a été évasanée à  4 ou 5 reprises depuis Huahine en raison des séquelles causées par ces violences.

Au début du mois, il a une nouvelle fois eu la main lourde, lui occasionnant 10 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT). « J’ai peur qu’il me tue un jour »,  a-t-elle lâché aux enquêteurs qui ont recueilli sa déposition. Et la jeune femme de poursuivre : « quand il veut faire l’amour. Il faut que j’accepte sinon il me frappe (…) Aujourd’hui, je ne veux plus vivre avec lui. La situation a empiré ».

Son concubin, 24 ans, a reconnu les faits, ce jeudi,  devant le tribunal correctionnel où il était jugé dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate. Il a déclaré avoir de gros problèmes avec l’alcool et être maladivement jaloux.

 Son casier judiciaire n’a pas non plus  joué en sa faveur, celui-ci comptant pas moins de 11 condamnations dont cinq pour des violences.  « On a tout essayé. Monsieur n’est plus éligible à du sursis simple ou à un travail d’intérêt général », a tonné le procureur avant de réclamer 30 mois de prison ferme à l’encontre l’intéressé.

Le tribunal s’est finalement montré plus clément. Le compagnon violent a été condamné à passer les six prochains mois dans une cellule de Nuutania. Il n’en a pas cependant pas fini avec la justice. D’autres procédures, toujours pour des violences sur sa compagne, sont actuellement en cours.

JB Calvas

 

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV