lundi 21 octobre 2019
A VOIR

|

Importation de 195 grammes d’ice : 3 et 4 ans de prison pour les principaux trafiquants

Publié le

Publié le 13/11/2017 à 14:49 - Mise à jour le 21/06/2019 à 12:18
Lecture 3 minutes

L’affaire avait débuté en aout 2016 avec l’arrestation, par les douaniers, d’une ressortissante américaine de 33 ans qui séjournait dans un hôtel de la côte Ouest. Les forces de l’ordre l’avaient interpellée au moment où elle réceptionnait un colis express qu’elle avait elle-même envoyé depuis les Etats-Unis.

A l’intérieur : un livre évidé contenant quelque 195 grammes d’ice qu’elle entendait revendre au fenua grâce à un complice. Un polynésien de 32 ans déjà condamné à plusieurs reprises dans des affaires de stupéfiants qui était un ami de son mari, lui aussi détenu au Etats-Unis pour trafic d’ice.

Selon la jeune femme, c’est parce qu’elle rencontrait des difficultés financières qu’elle a pris le risque d’importer la drogue au fenua. Elle espérait en retirer entre 40 et 80 000 dollars.

Une unique tentative, selon son avocat, Me Smain Bennouar, qui s’est soldée par un échec. “Le dossier parle de lui-même, cela a été totalement improvisé. Elle n’a pas touché cette marchandise qui n’a pas eu l’occasion d’être écoulée, donc on a affaire à quelque chose qui a rapporté strictement aucun bénéfice à quiconque.”

Pour Me Smain Bennouar, défenseur de l’accusée, on a l’impression d’être devant un dossier hors norme, alors que c’est une affaire d’ice en deçà de ce qu’a pu connaître le fenua. “C’est un dossier excessivement mineur par rapport à ce qui a pu être jugé par le passé et qui n’a pas l’épaisseur d’un dossier avec des réquisition aussi fortes.”

Pour l’homme en noir, sa cliente était fortement démunie avec à sa charge un enfant de cinq ans et son mari en détention. “Quand on est démuni et dans la difficulté, on ne fait jamais des choses très intelligente, et c’est ce qu’elle a fait, de la manière la plus maladroite qui soit.”

Son principal complice devait lui se charger d’écouler l’ice sur le territoire et d’en garder une partie pour lui. Le frère de ce dernier avait quant à lui pour rôle de s’assurer que les forces de l’ordre ne se trouvaient pas dans le secteur au moment de la livraison du colis. Une mission qui a elle aussi capoté.

Pour ce trafic, la jeune femme a finalement été condamnée à 3 années de prison ferme, ainsi que d’une amende de 19 500 000 Fcfp, valeur de la drogue à la revente, dont- elle devra s’acquitter solidairement avec l’un de ses deux complices.

Ses complices, en état de récidive, ont quant à eux, écopé de 18 mois et 4 ans de détention, Des peines en deçà des réquisitions du procureur qui réclamait le double, suscitant la grogne des avocats de la défense.

Les conseils ont d’ailleurs regretté qu’en Polynésie la seule réponse au trafic et à la consommation d’ice soit la sanction pénale. “C’est un constat général qui n’est pas lié à ce dossier là en particulier”, explique Me Vincent Dubois qui poursuit, “C’est un constat d’échec généralisé que les mesures de réinsertion sont quasi inexistantes. On est dans un pays où il y a très très peu d’associations en matière de lutte contre les dépendances à la drogue. Depuis dix ans on a pas arrété d’essayer de  taper fort sur les délinquants en pensant que cela allait les faire changer. Cela ne suffit pas. Il faut aussi les aider à sortir de cette situation qui fait que si l’on ne fait rien pour les aider, ils vont recommencer”.
 

Rédaction web avec JB Calvas et Sam Teinaore

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

18ème salon des îles Australes du 21 octobre au...

La 18ème édition du salon des îles Australes ouvre ses portes lundi 21 octobre à l’Assemblée. Sur le thème de la "valorisation des merveilles de l’artisanat en mer et sur terre", plus de 70 exposants de l’archipel ont fait le déplacement. Ramona Tevaeara’i, présidente du comité organisateur, était l’invitée de notre journal :

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X